您所请求的文章/视频尚不存在。

The article/video you have requested doesn't exist yet.

あなたが要求した記事/ビデオはまだ存在していません。

The article/video you have requested doesn't exist yet.

L'articolo / video che hai richiesto non esiste ancora.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

요청한 문서 / 비디오는 아직 존재하지 않습니다.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

המאמר / הסרטון שביקשת אינו קיים עדיין.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

您所请求的文章/视频尚不存在。

The article/video you have requested doesn't exist yet.

L'articolo / video che hai richiesto non esiste ancora.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

요청한 문서 / 비디오는 아직 존재하지 않습니다.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

המאמר / הסרטון שביקשת אינו קיים עדיין.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

Ne suivez pas l’exemple d’Héraclius (partie 1 de 2) :

Évaluation:   
Taille des caractères:

Description: L’histoire de deux hommes qui ont choisi de mettre en péril leur vie éternelle plutôt que de se convertir à l’islam.

  • par Aisha Stacey (© 2015 NewMuslims.com)
  • Publié le 28 Sep 2015
  • Dernière mise à jour le 15 Jun 2020
  • Imprimés: 33
  • Lus: 10967 (moyenne quotidienne: 6)
  • Évaluation: 4 de 5
  • Évalué par: 1
  • Envoyés: 1
  • Commentés: 0

Dans l’histoire de l’islam, il y a deux hommes connus qui ont refusé de se convertir à l’islam en dépit du fait que la vérité leur avait été présentée clairement.  Ces hommes comprenaient et admiraient l’islam et aimaient, chacun à sa façon, le prophète Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui).  Il s’agit de l’empereur byzantin Héraclius et Abou Talib, l’oncle bien-aimé de Mohammed.  Ces deux hommes, tout en reconnaissant la beauté de l’islam, furent incapables de résister à la pression de leur entourage et refusèrent d’accepter l’islam comme religion.

Lorsqu’une personne envisage de se convertir à l’islam, elle doit souvent faire face à des pressions externes.  Elle se demande ce que ses parents, son époux ou son épouse, ses frères et sœurs, ses ami(e)s penseront et diront, de même que ses collègues de travail – comment leur dire qu’elle ne pourra plus les accompagner au bar après le travail?  Ces choses peuvent paraître insignifiantes, mais lorsqu’elles s’accumulent, elles peuvent sembler trop nombreuses et trop pénibles, ce qui amène les gens à revenir sans cesse sur leur décision.  Même après qu’une personne se soit convertie à l’islam, passé l’euphorie initiale, elle peut se rendre compte que les pressions externes sont encore plus nombreuses. 

Héraclius et Abou Talib sont deux exemples très différents qui illustrent clairement à quel point il peut être facile de mettre en péril son sort dans l’au-delà pour des considérations futiles reliées à la vie d’ici-bas.

Héraclius, empereur de Byzance

En l’an 628 de notre ère, le prophète Mohammed envoya une lettre à Héraclius pour l’inviter à se convertir à l’islam.  Cette lettre faisait partie d’un lot de lettres envoyées à plusieurs chefs d’état.  Chacune s’adressait particulièrement à la personne à laquelle elle était envoyée.  La lettre envoyée à Héraclius disait, entre autres :

Je vous envoie cette lettre pour vous inviter à l’islam.  Si vous devenez musulman, vous serez sauvé – et Dieu doublera votre rétribution.  Mais si vous rejetez cette invitation, vous porterez le fardeau d’avoir égaré vos sujets.  C’est pourquoi je vous conseille vivement de porter une attention particulière à ce verset [révélé par Dieu] : « Ô gens du Livre!  Convenons d’un point commun entre vous et nous: que nous n’adorions que Dieu sans Lui attribuer d’associés, et que nous ne nous prenions pas les uns les autres comme seigneurs en dehors de Lui. »  Et s’ils se détournent, alors dites : « Soyez témoins que nous, nous sommes musulmans. »    –  Mohammed, le messager de Dieu

Héraclius ne détruisit pas la lettre, comme l’avait fait l’empereur Khosro; il décida plutôt de la lire à voix haute aux gens de sa suite et à ses ministres.  Il garda ensuite la lettre, y réfléchit et demanda des informations sur le caractère véridique de son contenu.  Il interrogea Abou Soufyan, un grand ennemi du prophète Mohammed, qui se trouvait par hasard à Byzance pour affaires.  Abou Soufyan dit la vérité au sujet de Mohammed et Héraclius en déduisit que Mohammed était un véritable prophète.  Héraclius décida donc d’inviter sa cour à embrasser l’islam.  Leur réaction face à cette invitation est rapportée par Ibn al-Natour :

 « Lorsque ses notables se furent rassemblés autour de lui, il ordonna que l’on ferme toutes les portes du palais.  Puis, il se leva et dit : « Ô Byzantins!  Si vous désirez le succès, souhaitez être correctement guidés ou voulez voir votre empire demeurer fort, alors prêtez serment d’allégeance au prophète émergent! »  En entendant ces paroles, les notables de l’Église se ruèrent en direction des portes du palais comme un troupeau d’ânes sauvages, mais les trouvèrent fermées.  Héraclius, réalisant leur aversion pour l’islam, perdit tout espoir de les voir se convertir et il ordonna de les faire revenir dans la salle d’audience.  Là, il leur dit : « Ce que je viens de vous dire n’était que pour tester la force de votre conviction et j’ai pu la constater. »  Ils se prosternèrent devant lui, satisfaits de lui, et Héraclius se détourna à jamais de la foi. »

Héraclius était manifestement à la fois convaincu et impressionné par ce qu’il avait lu et par les résultats de ses recherches.  Alors pourquoi se détourna-t-il?  Était-ce la crainte de perdre son pouvoir et son statut?  Était-ce la crainte de perdre la vie?  Son cœur était clairement enclin à embrasser l’islam et il avait honnêtement tenté de convaincre son entourage, prenant ainsi au sérieux le conseil de Mohammed de ne pas égarer son propre peuple.  Mais l’emprise du monde d’ici-bas fut trop forte pour lui et il baissa les bras, quittant ce monde sans jamais avoir embrassé l’islam.[1] 

C’est là un problème que rencontrent chaque jour ceux qui envisagent de se convertir à l’islam.  La décision de changer de religion ne devrait jamais être prise à la légère.  Cependant, être guidé vers l’islam est une bénédiction et si une personne retarde trop sa décision, elle pourrait finir par y perdre intérêt et ne pas avoir, ultérieurement, de nouvelles occasions de se convertir.

Abou Talib

Le prophète Mohammed avait huit ans lorsque, orphelin, il se retrouva sous la protection et les soins de son oncle Abou Talib.  Il était très proche de son oncle et lorsque ce dernier traversa une période difficile, Mohammed, devenu adulte, prit sous son aile Ali, son fils.  (Ali allait d’ailleurs devenir le gendre de Mohammed et le quatrième calife de l’islam.)  En prêchant le message de l’islam, Mohammed mit régulièrement sa vie en danger.  Abou Talib, qui était un homme très respecté à La Mecque, protégea Mohammed autant qu’il le pu.  Même lorsqu’il était poussé, par les gens de La Mecque, à faire taire et à contrôler son neveu, il se rangea toujours du côté de ce dernier.

Bien qu’il fût un des plus grands défenseurs de Mohammed, Abou Talib refusa toujours d’embrasser l’islam.  Même sur son lit de mort, quand Mohammed l’implora de prononcer la shahada, il refusa, affirmant qu’il était satisfait de la religion de ses ancêtres.  En réalité, il craignait de ruiner sa réputation et son honneur auprès des notables de La Mecque s’il décidait de changer de religion.  Cette même réputation qui lui avait permis de protéger son neveu durant plus de quarante ans et de passer par les périodes les plus difficiles, cette même réputation fut la raison ultime pour laquelle il refusa d’embrasser l’islam.

Depuis les débuts de la mission prophétique de Mohammed, ceux qui ont voulu embrasser cette nouvelle religion ont dû faire face à divers obstacles personnels et prendre des décisions difficiles concernant leur avenir.  Les pressions externes, telles que le fait de contrarier les membres de leur famille et leurs amis ou encore perdre leur emploi, font en sorte que plusieurs finissent par décider de mettre en péril leur salut dans l’au-delà.  Mais troquer le salut éternel pour certains avantages temporaires de ce monde est une grave erreur.

Dans le prochain article, nous parlerons des moyens pouvant aider une personne à faire face aux pressions de son entourage et nous offrirons quelques lignes de conduite à suivre pour faciliter la transition vers l’islam.



Note de bas de page:

[1] Certaines personnes croient qu’Héraclius finit par secrètement embrasser l’islam, mais seul Dieu le sait vraiment.

 

 

Ne suivez pas l’exemple d’Héraclius (partie 2 de 2) :

Évaluation:   
Taille des caractères:

Description: Si une personne croit que l’islam est la vérité, elle devrait se convertir sans délai.

  • par Aisha Stacey (© 2015 NewMuslims.com)
  • Publié le 28 Sep 2015
  • Dernière mise à jour le 04 Oct 2015
  • Imprimés: 28
  • Lus: 6344 (moyenne quotidienne: 3)
  • Évaluation: 3.5 de 5
  • Évalué par: 2
  • Envoyés: 1
  • Commentés: 0

DoNotFollowHeraclius2.jpgAbou Talib, l’oncle et le plus grand soutien du prophète Mohammed, de même qu’Héraclius, empereur de Byzance, choisirent tous deux de ne pas embrasser l’islam.  Dans les deux cas, même si nous pouvons être sûrs qu’ils ne prirent pas cette décision à la légère, une chose est claire : ils s’inclinèrent tous deux devant les pressions externes.  Plutôt que de craindre Dieu seul, ils ont craint ce que les autres allaient penser, dire ou faire.  Aujourd’hui, plus de mille ans plus tard, nombreux sont ceux qui se retrouvent dans la même position.  Ils savent ou sentent que l’islam est la vérité, mais ils décident de fermer les yeux sur la faveur que leur fait Dieu.

Il existe de nombreuses pressions, dans nos sociétés contemporaines, qui font d’une éventuelle conversion à l’islam quelque chose de décourageant, voire rébarbatif.  Les pressions externes peuvent facilement placer les gens d’aujourd’hui dans la même position inconfortable qu’Abou Talib et l’empereur Héraclius.  Toutefois, Dieu ne guide pas une personne à l’islam pour ensuite l’abandonner.  Si une personne sait avec certitude que l’islam est la vérité, elle ne doit avoir aucun doute quant au fait que Dieu possède tout le pouvoir et toute l’autorité pour continuer de la guider et faciliter son cheminement.  Parfois, une montagne peut paraître très imposante, mais qu’est-ce qu’une montagne sinon une partie de la création qui est, elle aussi, soumise à la volonté de Dieu?

« Ne sais-tu pas que c’est devant Dieu que se prosternent tous ceux qui sont dans les cieux et sur la terre, le soleil, la lune, les étoiles, les montagnes, les arbres, les animaux, et une grande partie des êtres humains? » (Coran 22:18)

Dieu nous rend facile la conversion à l’islam, mais nous, êtres humains, fils et filles d’Adam, avons une étrange façon de nous rendre la vie difficile et remplie d’obstacles trop souvent imaginaires.

 « Dieu ne veut point vous imposer un fardeau… » (Coran 5:6)

« Et quiconque observe [strictement] ses devoirs envers Dieu, Dieu lui donnera une issue favorable et lui accordera Ses dons par [des moyens] qu’il ne soupçonnait pas. » (Coran 65:3)

Cette affirmation coranique au sujet de la confiance envers Dieu est facile à comprendre, mais pas toujours facile à appliquer dans nos vies quotidiennes.  Il y a deux raisons à cela.  Quand une personne est près de se convertir à l’islam, le diable la bombarde de pensées de toutes sortes visant à l’éloigner le plus possible de la voie de Dieu.  Ensuite, les gens qui n’ont pas bien compris la nature de Dieu ont tendance à craindre les réactions de leur famille, de leurs amis et de leurs collègues de travail.  Abou Talib craignait de passer pour un homme dépourvu d’honneur s’il rejetait la religion de ses ancêtres et Héraclius craignait de perdre son statut, son pouvoir et même sa vie.  Ces choses sont pourtant insignifiantes lorsqu’on les compare à la félicité éternelle ou, à l’inverse, à la damnation éternelle.  Mais il est vrai que les êtres humains mènent une lutte constante pour détacher leur cœur de ce monde illusoire qu’est le nôtre.

Quand une personne se convertit à l’islam, elle doit s’attendre à de grands changements dans sa vie.  La transition à l’islam est un moment très chargé au niveau émotif.  La personne ressent des changements au niveau de son cœur et se met donc à se comporter différemment.  Des questions, toutes sortes de pensées et de scénarios viennent l’assaillir et le diable ne la laisse plus tranquille.  Abou Talib pensa sans doute à tout cela et Héraclius se demanda probablement si sa vie serait en danger s’il insistait auprès de son entourage ou s’il révélait son intention de se convertir à l’islam.

De nos jours, les gens qui envisagent une conversion se posent des questions différentes, mais elles n’en sont pas moins angoissantes.  Devront-ils s’habiller différemment?  Devront-ils tout avouer à leur famille?  Pourront-ils continuer à boire de l’alcool?  Des centaines de questions traversent leur esprit, mais en réalité, elles ne devraient pas les empêcher de se convertir si leur cœur est convaincu.  S’ils sont certains que l’islam est la vérité, ils devraient prononcer la shahada dans les plus brefs délais.  Tous les petits détails à régler pourront l’être plus tard, lorsqu’ils auront établi une bonne relation avec Dieu et qu’ils seront plus sûrs d’eux.

Toute personne a une durée de vie prédéterminée.  Nul ne sait quand il mourra et il se pourrait que la prochaine minute soit notre dernière sur terre.  Ne serait-ce que pour cette raison, il faut donc éviter de suivre les exemples d’Héraclius et d’Abou Talib.  Ces deux hommes laissèrent leur amour du monde d’ici-bas prendre le dessus sur les considérations de l’au-delà.  Si la conviction est présente dans le cœur, la conversion doit avoir lieu et le nouveau musulman ou la nouvelle musulmane doit placer toute sa confiance en Dieu afin d’établir une solide relation avec Lui.

Révéler aux membres de son entourage que l’on est devenu musulman n’est pas une condition pour se convertir.  En même temps, il faut garder à l’esprit que l’islam apportera des changements dans sa vie et c’est pourquoi il est bon de demander à Dieu de faciliter cette transition.  Les anciennes habitudes doivent être délaissées lentement, mais sûrement et apprendre à connaître la nature de Dieu et Ses lois permettra à la personne de devenir quelqu’un que Dieu aime.  Bien qu’il ne faille que quelques secondes pour prononcer la shahada et devenir musulman, devenir un(e) bon(ne) musulman(e) demande des efforts continus et une volonté inébranlable.

Parties de cet article

Voir toutes les parties en même temps

Ajouter un commentaire

Les plus lus

du quotidien
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
Total
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)

Sélection de l´Editeur

Afficher les articles

Depuis votre dernière visite
La liste est présentement vide.
Classés par date
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)

Plus populaires

Les mieux évalués
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
Les plus souvent envoyés
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
Les plus souvent imprimés
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
Les plus commentés
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)

Vos favoris

Votre liste de favoris est vide.  Vous pouvez ajouter des articles à cette liste en utilisant la boîte à outils.

Votre historique

Votre liste d'historique est vide.

View Desktop Version