Статьи / видео вы запросили еще не существует.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

您所请求的文章/视频尚不存在。

The article/video you have requested doesn't exist yet.

あなたが要求した記事/ビデオはまだ存在していません。

The article/video you have requested doesn't exist yet.

L'articolo / video che hai richiesto non esiste ancora.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

요청한 문서 / 비디오는 아직 존재하지 않습니다.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

המאמר / הסרטון שביקשת אינו קיים עדיין.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

Статьи / видео вы запросили еще не существует.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

您所请求的文章/视频尚不存在。

The article/video you have requested doesn't exist yet.

L'articolo / video che hai richiesto non esiste ancora.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

요청한 문서 / 비디오는 아직 존재하지 않습니다.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

המאמר / הסרטון שביקשת אינו קיים עדיין.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

Étudier l’islam – méthodologie recommandée (partie 1 de 4) : À la recherche de preuves?  Il faut commencer par la logique

Évaluation:   
Taille des caractères:

Description: L’existence du Coran démontre l’existence de Dieu.

  • par Aisha Stacey (© 2014 IslamReligion.com)
  • Publié le 25 Aug 2014
  • Dernière mise à jour le 31 Jul 2016
  • Imprimés: 101
  • Lus: 13850 (moyenne quotidienne: 7)
  • Évaluation: 5 de 5
  • Évalué par: 1
  • Envoyés: 1
  • Commentés: 1

« En bien ou en mal, l’important c’est qu’on en parle. »  Ces mots, nous les avons lus ou entendus de nombreuses fois et ils signifient, évidemment, qu’il est préférable de recevoir une mauvaise publicité que pas de publicité du tout.  Au cours de la dernière décennie, nous avons été bombardés de mauvaise publicité sur l’islam.  Malgré cela, les statistiques sur les conversions indiquent que le nombre de personnes qui se convertissent à l’islam augmente de manière constante et importante.  expliquer cela?  Peut-être par le fait que les gens avisés ne croient pas systématiquement tout ce qu’ils voient, lisent et entendent; ils remettent en question les idées reçues, ils font usage de la pensée critique, ils s’informent et arrivent à leurs propres conclusions.

Il n’est pas toujours facile de trouver des informations véridiques.  Il faut beaucoup chercher et, surtout, se demander si ce que l’on trouve, comme information, s’appuie sur des preuves facilement vérifiables.  Si l’on souhaite s’informer sur l’islam, on n’a que l’embarras du choix parmi les milliers de livres qui traitent du sujet.  Mais lequel choisir?  Et si l’on fait une recherche sur internet, il y a tant d’information qu’il devient difficile de partager le vrai du faux.  Tapez « islam » sur Google et vous n’obtiendrez pas moins de 479 millions de résultats en moins de 21 secondes.  Impressionnant, mais… par où commencer?  Voici une idée « originale » : pourquoi ne pas commencer par… le commencement, c’est-à-dire là où tout a débuté?  Commençons par le moment où Dieu s’adressa aux anges :

 « Et lorsque ton Seigneur dit aux anges: « Je vais établir des hommes, génération après génération, sur la terre », ils dirent : « Vas-tu en établir qui y sèmeront la corruption et y répandront le sang, tandis que nous sommes là à Te glorifier et à Te sanctifier ? »  Il dit : « En vérité, Je sais ce que vous ne savez pas. » (Coran 2:30)

Dieu sait ce que nous ne savons pas et, contrairement à ce que certains cherchent à nous faire croire, Ses paroles ne sont pas cachées ni obscures.  Souhaitez-vous connaître l’islam?  Cherchez-vous à vous prouver à vous-mêmes que l’islam est la seule religion véritable envoyée à l’humanité?  Il existe une méthodologie qui vous aidera à faire le tri parmi les centaines de milliers d’informations disponibles.  Et cela commence avec le Coran.

Le deuxième verset de la deuxième sourate du Coran débute avec ces mots : « Voici le Livre au sujet duquel il n’y a aucun doute; c’est un guide pour les pieux… ».  Dieu sait que chaque être humain est, au fond de son cœur, à la recherche de cette connexion avec Lui et c’est pourquoi Il dit à l’humanité : voici le livre, le guide que vous cherchez depuis toujours.  Est-ce suffisant?  Cela pourrait l’être.  À travers les siècles, nombreux sont ceux qui se sont convertis à l’islam simplement après avoir entendu la récitation du Coran.  D’autres, encore, ont pris cette même décision après avoir entendu l’émouvant appel à la prière.  Certaines personnes se convertissent à l’islam lorsqu’elles découvrent qu’il s’agit d’un mode de vie basé sur le respect et la tolérance, le pardon et la clémence.  D’autres, enfin, ont besoin de plus de preuves.

Exiger des preuves ne devrait jamais être mal vu.  Notre religion, notre mode de vie qu’est l’islam n’est pas fondé sur des suppositions; il est fondé sur la parole de Dieu et sur les enseignements authentiques du prophète Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui).  L’islam est la religion du savoir avisé et non de la foi aveugle.  Quand Pharaon demanda au prophète Moïse qui était le Seigneur de l’humanité et de tout ce qui existe, Moïse répondit : « Le Seigneur des cieux et de la terre et de tout ce qui existe entre les deux.  Si seulement vous pouviez en être convaincus! » (Coran 26:24-25)  Cherchez à être convaincus.  Prenez une copie du Coran, lisez-la, méditez et réfléchissez sur le sens de ses versets.  Cherchez les preuves et vous serez étonnés de ce que allez découvrir.

Le Coran nous parle du pouvoir de Dieu et de la façon dont il fonctionne, au sein de l’univers.  Il nous explique que le savoir de Dieu englobe toute chose et qu’Il est non seulement le Créateur, mais aussi Celui qui administre l’univers et qui en assure le bon fonctionnement.

Les preuves démontrant que l’islam est une religion véridique se trouvent, entre autres, dans les versets à caractère scientifique du Coran.  Certains les appellent des miracles – des miracles scientifiques du Coran.  Car il existe une parfaite concordance entre les informations contenues dans ces versets à caractère scientifique, révélés par Dieu il y a 1400 ans, et plusieurs découvertes faites par la science moderne.  Ces faits scientifiques, qui ne pouvaient être connus des gens de l’époque, tendent à démontrer que le Coran est bel et bien la parole de Dieu et que, par conséquent, l’islam est la seule vraie religion pour l’être humain.  La logique nous dit que des versets révélés au 6e siècle qui renferment des connaissances du 21e siècle ne peuvent avoir été inventés par un être humain.

Le Coran parle de façon détaillée du développement embryonnaire humain et du fait que les montagnes sont profondément enracinées sous la surface de la terre.  Il décrit aussi un fait indiscutable de la cosmologie, à savoir que l’univers était, à l’origine, un immense nuage de « fumée » (composition gazeuse extrêmement dense).  Le Coran précise également que le lobe préfrontal du cerveau est le lieu où sont conçus les mensonges et les péchés.  La science moderne nous révèle que c’est dans ce lobe que se conçoivent la planification et l’amorce des actions et que c’est là, encore, que des choix sont faits entre le bien et le mal.

Le prophète Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) était illettré et pourtant, des faits scientifiques se trouvent même dans ses propres paroles.  En enseignant et en conseillant ses fidèles, le Prophète a fait mention de faits scientifiques qui incluent, entre autres, les sept couches de la terre. 

Si le sujet des versets scientifiques du Coran vous intéresse, des articles détaillés, fondés sur des preuves fournies par des scientifiques connus, se trouvent sur ce site web et sur d’autres.

Dans la deuxième partie, nous continuerons d’examiner le Coran et d’en apprendre davantage sur sa nature miraculeuse.  Nous y trouverons encore plus de preuves de l’existence de Dieu et nous verrons comment des preuves logiques ne peuvent nous amener qu’à une seule et unique conclusion.

 

 

Étudier l’islam – méthodologie recommandée (partie 2 de 4) : Une démarche logique mène à des conclusions logiques

Évaluation:
Taille des caractères:

Description: Regard sur la nature linguistique du Coran et coup d’œil sur les autres écritures sacrées qui ont prédit la venue du prophète Mohammed.

  • par Aisha Stacey (© 2014 IslamReligion.com)
  • Publié le 01 Sep 2014
  • Dernière mise à jour le 04 Sep 2014
  • Imprimés: 61
  • Lus: 9709 (moyenne quotidienne: 5)
  • Évaluation: pas encore évalué
  • Évalué par: 0
  • Envoyés: 0
  • Commentés: 0

ResearchingIslam2.jpgDans la première partie, nous avons parlé de la nature miraculeuse du Coran et posé une question : comment est-il possible qu’un livre rédigé au 6e siècle de notre ère contienne des faits scientifiques découverts seulement au 20e siècle?  Nous sommes arrivés à la conclusion logique que le Coran est la parole de Dieu.  Mais est-ce suffisant?  Ces preuves scientifiques suffisent-elles à démontrer que le Coran est la parole de Dieu?  Pour certains, cette réalité suffit amplement à les convaincre, tandis que d’autres ont besoin de preuves supplémentaires.  Et ces preuves se trouvent, entre autres, dans la nature linguistique du Coran.

Au 7e siècle de notre ère, les Arabes, bien que majoritairement illettrés, étaient passés maîtres dans l’art oratoire.  Leur poésie et leur prose étaient considérées comme des modèles d’excellence littéraire.  Alors, quand le prophète Mohammed se mit à leur réciter le Coran, comme ils savaient apprécier plus que quiconque la qualité d’un texte, ils furent profondément émus par son ton sublime, son éloquence inégalée et son extraordinaire beauté poétique.  Même ceux qui, parmi les Arabes, avaient rejeté l’appel de l’islam trouvaient que les versets du Coran étaient si beaux qu’ils ne pouvaient provenir d’un être humain.

Le Coran met quiconque au défi de produire ne serait-ce qu’une sourate semblable aux siennes, alors que sa plus courte sourate ne contient que trois versets.

 « Et si vous êtes dans le doute au sujet de ce que Nous avons révélé à Notre serviteur (Mohammed), alors essayez donc de produire ne serait-ce qu’une sourate semblable, et appelez vos témoins que vous adorez en dehors de Dieu, si vous êtes véridiques.  Et si vous n’y parvenez pas, et à coup sûr vous n’y parviendrez jamais, prémunissez-vous donc contre le Feu dont les hommes et les pierres seront le combustible, et qui a été préparé pour les mécréants. » (Coran 2:23-24)

Ce défi est toujours en vigueur et, jusqu’à maintenant, personne n’a réussi à le relever.

Cela nous amène à une autre question : comment pouvons-nous être sûrs que ces paroles de Dieu n’ont pas été modifiées au fil du temps?  Le texte coranique que nous possédons aujourd’hui est le même que celui qui fut révélé il y a 1400 ans.  Plus d’un milliard de musulmans y croient parce que Dieu Lui-même a promis, dans un verset, de protéger et préserver le Coran contre toute altération.  Dieu a doté l’être humain des facultés d’entendre, de voir et de penser.  Nous pouvons donc utiliser notre esprit, nos oreilles et nos yeux pour étudier l’authenticité du Coran.

 « Dieu vous a fait sortir du ventre de votre mère dénués de tout savoir; et Il vous a donné l’ouïe, la vue et l’intelligence afin que vous soyez reconnaissants. » (Coran 16:78)

Les versets du Coran sont demeurés intacts grâce, entre autres, à la mémorisation qu’en ont fait des milliers de musulmans à travers les siècles et au fait qu’ils ont été mis par écrit de façon très méticuleuse.  Au fur et à mesure de sa révélation, le Coran fut mémorisé par les compagnons du prophète Mohammed, puis transmis de génération en génération.  Selon certaines estimations, il y aurait, aujourd’hui, à travers le monde, près de 10 millions de musulmans ayant mémorisé le Coran de la première à la dernière page.  Par ailleurs, le Coran fut également mis par écrit, par des scribes, sur divers supports disponibles à l’époque et sous l’étroite supervision du Prophète.  Au fil des siècles, plusieurs musulmans et non-musulmans ont examiné des copies du Coran, certaines vieilles de plus de 1000 ans, et les ont trouvées toutes identiques, à l’exception près de l’introduction des voyelles au 7e siècle.  Ces voyelles furent introduites pour mieux préserver l’authenticité du Coran.  En effet, elles apportent l’assurance que tous adhèreront aux règles de prononciation coraniques, évitant ainsi que certains mots soient déformés.

 « En vérité, c’est Nous qui t’avons révélé le Rappel [i.e. le Coran] et c’est Nous qui le préserverons, certes, (contre toute altération). » (Coran 15:9)

Cela dit, comme le Coran contient des informations que seul Dieu pouvait connaître et qui confirment l’authenticité des versets que nous lisons aujourd’hui encore, nous ne pouvons qu’arriver à la même conclusion logique, à savoir que l’islam est une religion véridique. 

Certains se demandent pourquoi la venue du prophète Mohammed n’a pas été mentionnée dans les révélations divines antérieures au Coran.  Et la réponse à cette question est : elle a pourtant bel et bien été mentionnée.

Le Coran confirme l’authenticité des livres précédemment révélés par Dieu (Torah et Évangile, entre autres), tout en les abrogeant.  Dans nos efforts pour confirmer que l’islam est une religion véridique, nous pouvons vérifier ces livres et y trouver des prédictions claires sur la venue du prophète Mohammed.  Le premier chapitre de l’Ancien Testament fait référence à la venue d’un prophète et le décrit exactement comme était Mohammed.  Ce dernier ne savait ni lire ni écrire et les paroles du Coran lui furent révélées par Dieu.

 « Je vais leur susciter un prophète comme toi, l'un de leurs compatriotes. Je mettrai mes paroles dans sa bouche et il leur transmettra tout ce que je lui ordonnerai. » (Deutéronome 18:18)

 « Et il ne prononce rien selon ses propres désirs.  Ce n’est rien d’autre qu’une révélation [qui lui est] inspirée par (l’ange Gabriel)… » (Coran 53:3-4)

Dans Jean 14:16, Jésus dit à ses disciples : « Et moi, je demanderai au Père de vous donner un autre Défenseur de sa cause, afin qu'il reste pour toujours avec vous. »[1] Puis, dans Jean 16 :7, il dit : « Pourtant, c'est la vérité que je vais vous dire: il vaut mieux pour vous que je m'en aille. En effet, si je ne m'en vais pas, le Défenseur ne viendra pas à vous. »[2], et dans Jean 16 :13-14, il dit encore : « Quand l'Esprit de vérité sera venu, il vous conduira dans la vérité tout entière, car il ne parlera pas de lui-même, mais tout ce qu'il aura entendu, il le dira, et il vous annoncera les choses à venir. Il manifestera ma gloire… ».  À qui fait-il référence lorsqu’il parle du Défenseur (aussi traduit, dans certaines versions, par le « consolateur ») et de l’Esprit de vérité?  Il est clair que Jésus faisait référence au prophète Mohammed, qui allait venir après lui et le glorifier.[3].  En effet, dans certains hadiths, le prophète Mohammed glorifie Jésus en termes non équivoques :

« Quiconque atteste que nul ne mérite d’être adoré à part Dieu – qui n’a aucun associé – et que Mohammed est Son serviteur et messager, que Jésus est le serviteur de Dieu, Son messager, Sa parole qu’Il a insufflée à Marie et un esprit créé par Lui, que le Paradis est vrai, tout comme l’Enfer, Dieu le fera entrer au Paradis, en fonction de ses actions.[4]

Bien qu’il n’y ait aucune preuve suggérant que les écritures hindoues furent révélées par Dieu, il existe des preuves démontrant que certains érudits hindous étaient à la recherche de vérités universelles connectant l’humanité à une puissance supérieure.  Les écritures hindoues font elles aussi mention du prophète Mohammed.  Dans le Samveda, livre II, hymne 6, verset 8, il est écrit : « Ahmed[5]  a acquis, de son Seigneur, le savoir de la loi éternelle.  J’ai reçu de lui la lumière, comme on reçoit la lumière du soleil. »  Selon Bhavisha Purana, dans le Prati Sarag Parv III, Khand 3, Adhay 3, Shloka 5 à 8, « un maître spirituel malecha (i.e. quelqu’un appartenant à un pays étranger et parlant une langue étrangère) fera son apparition, accompagné de ses fidèles.  Son nom sera Mohammed. »[6] 

Nous avons donc pu établir que le Coran contient des informations dont le caractère véridique n’a pu être démontré que des siècles après sa révélation.  C’est sur la base de ce fait, entre autres, que nous reconnaissons que Dieu a Lui-même révélé le Coran.  Le Coran est l’une des deux sources de savoir, en islam, l’autre étant les enseignements du prophète Mohammed (colligés sous forme de hadiths).  Dans cet article, nous avons également démontré que la venue du prophète Mohammed avait été prédite à la fois dans la Torah, l’Évangile et les écritures hindoues.  La prochaine étape logique, et qui sera le sujet de la troisième partie, est d’authentifier la mission prophétique de Mohammed et ainsi démontrer que la seconde source de savoir, en islam, est tout ce qu’il y a de plus fiable.



Note de bas de page:

[1] La Bible (version du Semeur)

[2] Jean 16:7 Ibid.

[3] Jean:16:14 Ibid

[4] Sahih Boukhari

[5] Ahmed est le diminutif de Mohammed, et les deux noms signifient "celui qui est loué".

[6] Le prophète Mohammed (paix sur lui) dans les écritures hindoues, par Dr. Zakir Naik.

 

 

Étudier l’islam – méthodologie recommandée (partie 3 de 4) : Le message de Dieu n’est pas caché et inaccessible

Évaluation:   
Taille des caractères:

Description: Regard sur les enseignements du prophète Mohammed (hadiths) et pourquoi on les considère comme des preuves démontrant le caractère véridique de l’islam.

  • par Aisha Stacey (© 2014 IslamReligion.com)
  • Publié le 08 Sep 2014
  • Dernière mise à jour le 08 Sep 2014
  • Imprimés: 58
  • Lus: 8377 (moyenne quotidienne: 4)
  • Évaluation: 5 de 5
  • Évalué par: 2
  • Envoyés: 0
  • Commentés: 0

ResearchingIslam3.jpgUne personne très perspicace a dit, une fois, que si nous souhaitons établir le caractère véridique de la religion transmise par Mohammed à l’humanité, il nous faut étudier ses sources, c’est-à-dire le Coran et les hadiths authentiques.  Dans notre série d’articles, nous avons appris, entre autres, qu’en posant des questions logiques, nous parvenons à des réponses logiques.  En appliquant cette méthode, nous avons découvert la nature miraculeuse du Coran, incluant le savoir scientifique qu’il contient et sa nature linguistique sublime.  Nous avons également découvert que les versets du Coran sont demeurés inchangés depuis l’époque où ils furent révélés au prophète Mohammed, il y a de cela un peu plus de 1400 ans.  La logique nous amène donc à conclure que le Coran, une des deux sources de savoir, en islam, ne peut qu’avoir une origine divine.  Nous jetterons maintenant un coup d’œil à l’autre source de savoir, en islam : la sounnah, ou hadiths authentiques du prophète Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui).

La première question sur laquelle il faut se pencher est la suivante : Mohammed était-il, oui ou non, un prophète de Dieu?  Plus d’un milliard et demi de musulmans, à travers le monde, y croient fermement; mais ceux qui sont en quête de vérité et qui cherchent à établir le caractère véridique de l’islam ont peut-être besoin de preuves.  Et le meilleur endroit pour trouver ces preuves est dans les hadiths authentiques du prophète Mohammed, l’ensemble de ce qu’il a dit, fait ou approuvé, que l’on appelle la sounnah. 

      Plusieurs ont prétendu que Mohammed s’était auto-proclamé prophète par simple désir de gloire.  Pourtant, si nous étudions la sounnah du Prophète, méticuleusement mise par écrit pour la postérité, nous découvrons que son appel à l’islam a eu comme répercussion, entre autres, de lui faire perdre la bonne réputation dont il jouissait depuis toujours.  En effet, avant que le Coran ne lui soit révélé et avant qu’il ne devienne le messager de Dieu, Mohammed était membre de la tribu la plus influente de la Mecque.  Il était connu, à la Mecque et dans ses environs, comme l’homme le plus digne de confiance parmi toutes les tribus.  Malgré cela, après avoir annoncé sa mission prophétique, Mohammed, avec ses fidèles, fut totalement ostracisé.

Dans les hadiths et les biographies authentiques, nous apprenons que le prophète Mohammed et la nouvelle communauté musulmane furent persécutés et torturés sans relâche.  Des sanctions leur furent imposées et des familles renièrent leurs propres membres, les laissant se faire battre et affamer par les membres les plus agressifs de la société mecquoise.  Les fidèles de Mohammed provenaient de toutes les classes sociales et on trouvait parmi eux des esclaves comme des commerçants et des entrepreneurs.  En très peu de temps, plusieurs d’entre eux, incluant Mohammed, perdirent le respect de leurs pairs, de même que leur statut et leurs richesses.  Le prêche auquel s’évertuait Mohammed n’avait donc rien à voir avec la popularité ou la gloire.  Il a dit, lui-même : « Par Dieu, même s’ils plaçaient le soleil dans ma main droite et la lune dans ma main gauche afin que je laisse tomber mon appel à l’islam, je ne le laisserais pas tomber, à moins que Dieu ne fasse triompher l’islam ou que je périsse en le défendant. »[1]

      Il ne prêchait pas l’islam, non plus, pour des raisons monétaires.  Les notables de la Mecque lui offrirent argent et prestige, ils lui offrirent même de devenir leur leader, mais Mohammed persista dans son refus, même lorsqu’ils lui dirent : « Si tu fais cela pour obtenir de l’argent, nous nous cotiserons pour faire de toi l’homme le plus riche de Qouraysh.  Si c’est l’ambition qui te motive, nous ferons de toi notre leader.  Et si tu souhaites devenir roi, nous accepterons. »[2]  Mais Mohammed n’était intéressé ni par l’argent ni par le statut.  Nous en avons d’ailleurs la preuve à travers les hadiths, qui nous donnent une bonne idée de son mode de vie humble.  Mohammed était un homme de Dieu.  Avant sa mission, chaque moment de sa vie avait été une préparation pour son rôle futur.

Faire des recherches sur les miracles accomplis par le prophète Mohammed et rapportés dans les hadiths et le Coran est un acte qui amène des résultats souvent convaincants pour les gens de tradition chrétienne ou juive.  Mohammed est le dernier d’une longue lignée de prophètes bien connus, tels Noé, Abraham, Moïse et Jésus, qui sont tous des prophètes, en islam.  D’ailleurs, tout musulman est tenu de croire en ces prophètes autant qu’à Mohammed.  Dieu a envoyé Mohammed à l’humanité afin de compléter Son message et non de le détruire.  C’est pourquoi pour certains, l’islam apporte des réponses à des questions demeurées longtemps sans réponse, ce qui a l’heur de raviver leur foi.  Le prophète Mohammed a dit :

« Je suis le plus proche du fils de Marie.  Tous les prophètes sont des frères paternels et il n’y a eu aucun autre prophète entre lui (Jésus) et moi. »[3]

 « Ceux à qui Nous avons donné l’Écriture reconnaissent (cette révélation) comme ils reconnaissent leurs propres enfants. » (Coran 2:146)

Dieu a soutenu Mohammed avec des miracles observables qui lui ont permis de démontrer qu’il était un véritable prophète.  À l’époque de Jésus, les Israélites étaient très versés dans la médecine et c’est pourquoi les miracles de Jésus (qu’il a accomplis par la permission de Dieu) étaient liés à ce domaine; rendre la vue à l’aveugle, guérir les lépreux, ressusciter les morts, etc.  Le plus grand miracle de Mohammed fut le Coran.  En effet, tel que mentionné plus haut, même ceux qui ne croyaient pas au message qu’il prêchait ne pouvaient s’empêcher de reconnaître que le Coran était sans égal d’un point de vue littéraire.  Les hadiths du Prophète contiennent plusieurs autres miracles, comme l’eau jaillissant d’entre ses doigts et les arbres s’inclinant pour lui offrir de l’ombre.  Ces miracles sont encore des preuves du caractère véridique de l’islam.

Il se peut qu’il soit plus difficile d’accepter ces preuves pour ceux dont la religion initiale n’est pas monothéiste et pour ceux qui se considèrent comme athées.  Mais en suivant notre méthodologie et en posant des questions logiques, on peut parfois découvrir des vérités surprenantes.   Le Coran invite l’être humain à méditer et réfléchir.  Dieu invite tous les hommes, qu’ils aient ou non des convictions religieuses, à chercher la vérité.  Cela peut se faire en lisant, en faisant des recherches, en méditant et en interrogeant, afin de parvenir à des conclusions logiques.  Le message de Dieu est loin d’être dissimulé; il est là, ouvert, à la portée de tous.

 « (Ceci) est une Écriture bénie que Nous t’avons révélée, afin qu’ils méditent sur ses versets et que les doués d’intelligence réfléchissent. » (Coran 38:29)



Note de bas de page:

[1] Ibn Hisham

[2] Ar-Raheeq Al-Makhtum THE SEALED NECTAR par Saifur Rahman al-Mubarakpuri.  Dar-us-Salam éditions, Arabie.

[3] Sahih Al-Boukhari

 

 

Étudier l’islam – méthodologie recommandée (partie 4 de 4) : La sagesse de Dieu dépasse parfois notre compréhension

Évaluation:   
Taille des caractères:

Description: S’interroger sur des détails mineurs peut no us détourner du véritable message.

  • par Aisha Stacey (© 2014 IslamReligion.com)
  • Publié le 15 Sep 2014
  • Dernière mise à jour le 15 Sep 2014
  • Imprimés: 60
  • Lus: 8863 (moyenne quotidienne: 5)
  • Évaluation: 4.5 de 5
  • Évalué par: 2
  • Envoyés: 0
  • Commentés: 0

ResearchingIslam4.jpgDans les trois articles précédents, nous avons parlé d’une méthodologie suggérée pour démontrer le caractère véridique de l’islam.  En étudiant l’islam, il est non seulement important de poser des questions logiques, mais de s’attendre, également, à des réponses logiques.  En bref, l’islam est un message du Créateur à Sa création et c’est pourquoi l’on doit s’attendre à ce qu’il soit logique.  Certaines des questions que l’on doit se poser sont : qu’est-ce que l’islam et que croient les musulmans?  Et quand il nous apparaît évident que l’islam est la vérité, quelle est la prochaine étape à suivre?

À ce point, à ce moment où la toute-puissance de Dieu nous apparaît dans toute son évidence, la meilleure chose à faire est d’embrasser l’islam.  Et d’ailleurs, nombreux sont ceux qui le font.  Ils commencent leur nouvelle vie en ayant la conviction d’être sur la bonne voie.  Mais ils doivent savoir que leur quête ne s’arrêtera pas là.  En effet, l’islam nous enseigne que l’acquisition du savoir est un cheminement qui dure toute la vie.  Ainsi, les nouveaux musulmans passent beaucoup de temps à apprendre leur nouvelle religion, tout en profitant de leur nouvelle vie de soumission envers Dieu.

Mais d’autres, devant l’évidence de la toute-puissance de Dieu, ressentent tout de même le besoin de poser davantage de questions, de trouver davantage de réponses et d’étudier plus en profondeur certaines questions qu’il n’est pas toujours nécessaire d’approfondir à cette étape.  Il faut d’abord apprendre à marcher avant de pouvoir courir et cette idée s’applique parfaitement à l’apprentissage de l’islam.  Rien de sert de poser des questions approfondies sur certains sujets si l’on n’a pas encore tout à fait saisi les fondements de la religion.  Accepter l’islam en tant que vérité divine sous-entend le fait d’accepter le message dans son ensemble, même si la signification ou la raison d’être de certaines règles nous échappe.  Cela peut paraître étrange, dans la mesure où nous répétons souvent que l’islam est une religion de savoir et qu’elle n’est surtout pas basée sur la foi aveugle.  Toutefois, chercher à comprendre la sagesse qui se cache derrière certaines règles avant de bien connaître les fondements de la religion n’est pas une bonne idée, car même si vous trouvez de la sagesse dans certaines règles tout en n’étant pas d’accord avec le message dans son ensemble, vous n’en tirerez aucun bénéfice.

Dieu fait ce qu’Il fait pour des raisons qui dépassent parfois notre compréhension et pour des raisons qui peuvent être évidentes ou non.  Le musulman apprend à comprendre et à accepter cette réalité, non pas de manière machinale et aveugle, mais en établissant une connexion avec Dieu.  Le musulman est encouragé à maintenir cette connexion de diverses manières et une de ces manières consiste à méditer sur les différents noms de Dieu.  Par ces noms, nous apprenons à connaître notre Créateur, à Le louer et à L’adorer.  Nous finissons par comprendre, également, pourquoi la justice et la sagesse de Dieu nous apparaissent parfois incompréhensibles.

Les noms al-Hakim (le Sage) et al-Hakam (le Juge) indiquent que Dieu est la source de toute sagesse, dans Sa création et dans Ses commandements, et qu’Il est le Juge de toute affaire.  C’est Lui qui a tout créé et, par conséquent, Lui seul connaît la sagesse des choses de ce monde.  Il juge en toute équité et n’opprime jamais qui que ce soit.  Il est juste dans toutes Ses décisions.  Quand une personne embrasse l’islam, cette réalité peut soit s’imposer d’elle-même, soit être comprise petit à petit, au fil du temps.

La justice et la sagesse de Dieu ne nous apparaissent pas toujours comme évidentes; cela prend du temps et un peu d’effort pour bien en saisir la nature.  Poser des questions provocatrices ou non pertinentes mène souvent à une confusion encore plus profonde.  C’est pourquoi lorsqu’une personne a accepté l’islam comme vérité, l’étape suivante consiste à accepter le message en entier, à embrasser cette religion et à apprendre à prier.  Ce n’est pas par coïncidence si le premier pilier de l’islam consiste à croire sans réserve à l’unicité de Dieu et à la mission prophétique de Mohammed, tandis que le second est la prière quotidienne.  La prière permet d’établir cette connexion si précieuse avec Dieu et ouvre la porte à l’acquisition du savoir et à l’apprentissage de la religion.  Le prophète Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a insisté, auprès de ses compagnons, sur l’importance d’apprendre l’islam dans un ordre particulier et sur l’importance d’acquérir du savoir.

… que la première chose à laquelle vous les invitez soit l’unicité de Dieu.  S’ils l’acceptent, dites-leur que Dieu leur a enjoint cinq prières à accomplir sur une période d’un jour et d’une nuit.[1]

Quiconque suit une voie à la recherche du savoir, Dieu lui rendra facile la voie vers le Paradis.[2]

Poser des questions sur des détails mineurs et s’attendre à tout comprendre avant même de se convertir n’est pas raisonnable.  Il faut étudier les deux sources principales de l’islam, le Coran et les hadiths, poser des questions logiques et obtenir des réponses logiques pour découvrir la vérité.  Si une personne est convaincue que l’islam est la bonne religion, elle devrait se convertir sans délai, puis apprendre à le mettre en pratique au jour le jour.



Note de bas de page:

[1] Sahih Al-Boukhari

[2] Ibid.

Parties de cet article

Voir toutes les parties en même temps

Ajouter un commentaire

Les plus lus

DAILY
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
TOTAL
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)

Sélection de l´Editeur

Afficher les articles

Depuis votre dernière visite
La liste est présentement vide.
Classés par date
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)

Plus populaires

Les mieux évalués
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
Les plus souvent envoyés
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
Les plus souvent imprimés
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
Les plus commentés
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)

Vos favoris

Votre liste de favoris est vide.  Vous pouvez ajouter des articles à cette liste en utilisant la boîte à outils.

Votre historique

Votre liste d'historique est vide.

View Desktop Version