L'articolo / video che hai richiesto non esiste ancora.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

요청한 문서 / 비디오는 아직 존재하지 않습니다.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

המאמר / הסרטון שביקשת אינו קיים עדיין.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

L'articolo / video che hai richiesto non esiste ancora.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

요청한 문서 / 비디오는 아직 존재하지 않습니다.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

המאמר / הסרטון שביקשת אינו קיים עדיין.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

Ali, fils d’Abou Talib (partie 2 de 2): De guerrier à calife

Évaluation:   
Taille des caractères:

Description: La vie d’Ali, dit « le lion ».

  • par Aisha Stacey (© 2014 IslamReligion.com)
  • Publié le 10 Mar 2014
  • Dernière mise à jour le 09 Mar 2014
  • Imprimés: 131
  • Lus: 20126 (moyenne quotidienne: 10)
  • Évaluation: 4.5 de 5
  • Évalué par: 2
  • Envoyés: 1
  • Commentés: 0

 Ali fut le quatrième calife de l’islam, après Abou Bakr, Omar et Outhman.[1]  Il régna sur l’empire musulman, en ne se basant sur rien d’autre que la loi de Dieu, de l’an 656 à l’an 661.  Il était le jeune cousin et le gendre du prophète Mohammed.  Il passa son enfance à prendre exemple sur le noble caractère de son cousin et son adolescence à apprendre l’islam.  Il devint un noble guerrier, physiquement fort et sûr de lui, mais avec un cœur tendre, rempli d’amour pour Dieu et Son messager.  Les musulmans se souviennent d’Ali pour son courage, son honnêteté, sa générosité et sa bonté envers les autres, de même que pour son dévouement indéfectible à l’islam.

Après sa migration à Médine, il épousa Fatima, la fille du Prophète.  Le jeune couple mena une vie simple et austère, car Ali n’avait aucun intérêt dans les choses de ce monde; il préférait se concentrer sur sa religion et déployer tous les efforts pour atteindre le paradis éternel dans l’au-delà.  Ils n’avaient ni serviteurs ni esclaves.  Ali puisait et transportait l’eau jusqu’à leur demeure et Fatima s’occupait de moudre le grain jusqu’à ce que ses mains deviennent calleuses et douloureuses.  Un jour que le jeune couple demanda un serviteur au Prophète, il les réprimanda en leur disant qu’il ne se voyait pas leur offrir du luxe alors que la mosquée était remplie de gens affamés.

Ce soir-là, Mohammed rendit visite à Ali et Fatima.  Il s’assit sur le bord de leur lit et leur enseigna des paroles par lesquelles invoquer Dieu.  Il leur dit qu’invoquer Dieu leur rapporterait plus, au final, qu’un serviteur pour alléger leur charge de travail.  Jamais Ali n’oublia les conseils que leur prodigua le Prophète, ce soir-là.  Des années plus tard, il affirma que pas une nuit ne se passait sans qu’il ne récite les paroles que lui avait enseigné le Prophète ce fameux soir.  Ali et sa famille faisaient tout leur possible pour plaire à Dieu; il n’était pas rare qu’ils s’empêchent de manger pour donner leur nourriture à des gens encore plus pauvres qu’eux.  La générosité d’Ali ne connaissait pas de limites et il traitait chacun avec respect et bonté.

L’érudit Imam Ahmad a décrit Ali comme l’un des compagnons du Prophète les plus vertueux et l’un de ses plus fervents défenseurs.  Il était connu comme un guerrier impressionnant et il se distingua clairement lors de la première et cruciale bataille contre les mécréants de la Mecque, la bataille de Badr.  Le jeune « lion » participa à toutes les batailles menées dans les premiers temps de l’islam, à l’exception d’une.  On rapporte que lors de la bataille de Khaybar, le Prophète lui accorda un grand honneur.  Il dit à ses compagnons : « Demain, je donnerai l’étendard à un homme qui aime Dieu et Son messager et qui est également aimé de Dieu et de Son messager, un homme qui jamais ne se défile sur le champ de bataille et à travers lequel Dieu nous apportera la victoire. »  Les compagnons passèrent la nuit à se demander qui porterait l’étendard, le lendemain, sur le champ de bataille.  On rapporte qu’Omar ibn al-Khattab aurait affirmé que c’était la seule fois où il avait espéré qu’on lui accorde ce leadership, mais cet honneur revint finalement à Ali.

Après que le calife Outhman ibn Affan fut assassiné au service de la nation musulmane, c’est Ali qui fut choisi pour lui succéder.  Plusieurs musulmans avaient hâte qu’Ali prenne les rênes du pouvoir, mais Ali était inquiet, car il avait remarqué qu’une certaine rébellion commençait à faire son apparition parmi les croyants.  Il hésitait, donc, jusqu’à ce que des compagnons qui avaient été parmi les plus proches du prophète Mohammed le pressent d’accepter et lui promettent tout leur soutien.  Les événements ayant entouré l’assassinat d’Outhman avaient fait plonger la nation musulmane dans une sombre période qui allait être décrite, plus tard, comme la « période de tribulations ».  Et c’est ainsi qu’Ali entama et termina son califat lors d’une période de tribulations.  Il demeura toutefois ferme dans ses convictions et dirigea la nation de la manière dont on se serait attendu d’un homme qui, enfant et adolescent, avait appris à se comporter de manière noble et vertueuse aux côtés du Prophète.

Ali était un homme profondément religieux; il était dévoué envers l’islam et s’efforçait, dans sa vie quotidienne et dans son rôle de leader de la nation, de respecter le Coran et la sounnah du Prophète.  Une guerre éclata parmi les musulmans et Ali dû faire de son mieux pour diriger une nation entravée par la rébellion et les querelles.  Durant cette période de guerre civile, Ali ne perdit jamais de vue la tâche importante qu’on lui avait confié, i.e. celle de veiller sur la nation musulmane.

Comme Outhman, son prédécesseur et frère en islam, Ali dirigea la nation avec un cœur humble, avec austérité et piété.

Ali fut assassiné avec un sabre empoisonné, tandis qu’il priait dans la mosquée.  Abou Bakr, Omar Ibn al-Khattab, Outhman ibn Affan et Ali ibn Abou Talib, les quatre grands califes de l’islam, étaient des hommes nobles et d’une grande moralité, qui dirigèrent la nation sur la base du Coran et des leçons enseignées par le prophète Mohammed.



Footnotes:

[1] Calife: leader de la nation musulmane.

Parties de cet article

Voir toutes les parties en même temps

Ajouter un commentaire

Autres articles dans la même catégorie

Les plus lus

DAILY
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
TOTAL
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)

Sélection de l´Editeur

Afficher les articles

Depuis votre dernière visite
La liste est présentement vide.
Classés par date
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)

Plus populaires

Les mieux évalués
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
Les plus souvent envoyés
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
Les plus souvent imprimés
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
Les plus commentés
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)

Vos favoris

Votre liste de favoris est vide.  Vous pouvez ajouter des articles à cette liste en utilisant la boîte à outils.

Votre historique

Votre liste d'historique est vide.

View Desktop Version