您所请求的文章/视频尚不存在。

The article/video you have requested doesn't exist yet.

L'articolo / video che hai richiesto non esiste ancora.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

요청한 문서 / 비디오는 아직 존재하지 않습니다.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

המאמר / הסרטון שביקשת אינו קיים עדיין.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

您所请求的文章/视频尚不存在。

The article/video you have requested doesn't exist yet.

L'articolo / video che hai richiesto non esiste ancora.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

요청한 문서 / 비디오는 아직 존재하지 않습니다.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

המאמר / הסרטון שביקשת אינו קיים עדיין.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

Le but de la création (partie 1 de 3): Introduction

Évaluation:
Taille des caractères:

Description: Une introduction à l’une des questions les plus déconcertantes de l’histoire de l’homme, et une discussion sur les sources auxquelles on peut se référer pour tenter d’y répondre.  Partie 1 : la source pouvant nous aider à répondre à cette question.

  • par Dr. Bilal Philips
  • Publié le 31 Mar 2008
  • Dernière mise à jour le 10 Dec 2008
  • Imprimés: 666
  • Lus: 28683 (moyenne quotidienne: 7)
  • Évaluation: pas encore évalué
  • Évalué par: 0
  • Envoyés: 2
  • Commentés: 0

Introduction

Le but de la création est un sujet qui intrigue chaque être humain à un moment ou l’autre de son existence.  Il arrive à tout le monde de se demander, un jour : « Pourquoi est-ce que j’existe? » ou « Quelle est la raison de ma présence, ici, sur Terre? ».

Le tissu humain et le monde physique sont constitués de systèmes intriqués si variés et si complexes qu’ils indiquent nécessairement qu’un Être Suprême les a créés.  Pour qu’il y ait conception, il doit y avoir un concepteur.  Quand les êtres humains aperçoivent des traces de pas sur une plage, ils en concluent immédiatement que quelqu’un est passé par là.  Personne ne s’imagine que les vagues ont formé, tout à fait par hasard, de petites dépressions ayant exactement la forme d’empreintes humaines.  Et les humains ne croient pas de façon instinctive qu’ils ont été créés sans but aucun.  Comme une action réfléchie est le résultat normal de l’intelligence humaine, les humains déduisent que l’Être Suprême et intelligent qui les a créés doit l’avoir fait dans un but précis.  Les êtres humains ont donc besoin de connaître la raison de leur existence afin de donner un sens à leur vie et de faire ce qui leur est fondamentalement salutaire.

Tout au long de l’histoire, cependant, une minorité de gens ont nié l’existence de Dieu.  Selon eux, la matière est éternelle et seules des combinaisons accidentelles des éléments de cette matière ont pu produire le genre humain, tout à fait par hasard.  Par conséquent, la question : « Pourquoi Dieu a-t-Il créé l’homme? » est demeurée et demeurera toujours, pour eux, sans réponse.  Selon leur point de vue, il n’y a tout simplement pas de but à notre existence.  Mais il reste que, à travers les âges, la grande majorité des gens ont cru et continuent de croire à l’existence d’un Être Suprême qui a créé ce monde dans un but bien précis.  Pour eux, il a toujours été important de connaître le Créateur, ainsi que la raison pour laquelle Il a créé les êtres humains.

La réponse

Avant de répondre à la question « Pourquoi Dieu a-t-Il créé les hommes? », il faut déterminer dans quelle optique est posée la question.  Du point de vue de Dieu, ça voudrait dire « Qu’est-ce qui a poussé Dieu à créer les hommes? »; tandis que du point de vue humain, ça voudrait dire « Dans quel but Dieu a-t-Il créé les hommes? ».  Ces deux points de vue constituent des aspects de la fascinante question « Pourquoi est-ce que j’existe? ».  Nous étudierons donc ces deux aspects de la question en nous basant sur la révélation.  Ce n’est pas un sujet sur lequel nous pouvons nous permettre de faire des spéculations, car les conjectures faites par les hommes n’ont aucune chance d’aboutir à la vérité absolue.  Comment les êtres humains pourraient-ils intellectuellement déduire la réalité de leur existence alors qu’ils peuvent à peine comprendre comment leur propre cerveau (ou sa manifestation supérieure : l’esprit) fonctionne.  Les nombreux philosophes qui, à différentes époques,  ont spéculé sur cette question ont abouti à d’innombrables réponses, toutes basées sur des hypothèses qu’il est impossible de prouver.  Les questions existentielles ont même amené certains philosophes à prétendre que nous n’existons pas réellement et que le monde qui nous entoure est purement imaginaire.   Par exemple, le philosophe grec Platon (428-348 av. J.-C.) soutenait que la réalité quotidienne et changeante, dont l’homme a connaissance à travers l’usage de ses sens, n’est pas la réalité primaire, mais plutôt un monde d’ombres projetées formant des apparences.  Plusieurs autres, comme nous l’avons déjà mentionné, ont prétendu et continuent de prétendre qu’il n’y a aucun but à notre existence; cette dernière ne serait que le fruit du hasard.  Selon eux, il ne peut y avoir de but puisque la vie résulte d’une évolution qui a commencé à partir de la matière inanimée, laquelle est ensuite devenue animée de façon accidentelle.  Les prétendus « cousins » des êtres humains, les singes, ne sont pas hantés par des questions existentielles; alors pourquoi les hommes le seraient-ils?

Bien que la plupart des gens, après une brève réflexion, décident de laisser de côté la question « Pourquoi avons-nous été créés? », il est absolument crucial, pour les êtres humains, d’en connaître la réponse.  S’ils ne connaissent pas la réponse exacte à cette question, les êtres humains ne peuvent être différenciés des autres animaux qui les entourent.  Les besoins et désirs animaux de manger, boire, et procréer deviennent alors nécessairement le but même de l’existence humaine, et cette sphère limitée devient le centre vers lequel tendent tous les efforts humains.   Quand la satisfaction des besoins matériels est le but le plus important de la vie, l’existence humaine devient encore plus vile que celle des animaux les plus vulgaires.  S’ils n’ont pas une bonne connaissance de la raison de leur existence, les êtres humains abuseront immanquablement de leur intelligence, qui leur a été donnée par Dieu.  L’esprit humain qui est avili utilise ses facultés pour fabriquer des drogues afin de pouvoir en jouir, pour construire des bombes, pour jouir de la fornication, de la pornographie, pour s’abandonner à l’homosexualité et s’adonner aux arts divinatoires, toutes choses qui à leur tour provoquent maladies, suicides, etc.  Sans la connaissance de la raison d’être de la vie d’ici-bas, l’existence humaine perd toute sa signification et devient, par conséquent, complètement gâchée.  De plus, la récompense d’une vie éternelle remplie de bonheur, dans l’au-delà, n’est même plus à espérer.  Pour cette raison, il est extrêmement important que les êtres humains sachent répondre correctement à la question « Pourquoi sommes-nous ici? ».

Les humains se tournent souvent vers d’autres humains comme eux pour trouver les réponses à leurs interrogations.  Cependant, le seul endroit où l’on puisse trouver des réponses claires et précises est dans les livres de révélations divines.  Il était nécessaire que Dieu révèle à l’homme, par le biais de Ses prophètes, la raison d’être de la vie, car l’homme est incapable de trouver les bonnes réponses par lui-même.  Tous les prophètes ont révélé à leurs disciples les réponses à la question : « Pourquoi Dieu a-t-Il créé les hommes? ».

 

 

Le but de la création (partie 2 de 3): La réponse judéo-chrétienne

Évaluation:
Taille des caractères:

Description: Une introduction à l’une des questions les plus déconcertantes de l’histoire de l’homme, et une discussion sur les sources auxquelles on peut se référer pour tenter d’y répondre.  Partie 2 : un regard sur la Bible et sur la croyance chrétienne à ce sujet.

  • par Dr. Bilal Philips
  • Publié le 31 Mar 2008
  • Dernière mise à jour le 31 Mar 2008
  • Imprimés: 633
  • Lus: 26896 (moyenne quotidienne: 7)
  • Évaluation: pas encore évalué
  • Évalué par: 0
  • Envoyés: 2
  • Commentés: 0

Les Écritures judéo-chrétiennes

Un examen de la Bible laisse perplexe celui qui cherche sincèrement la vérité.  L’Ancien Testament semble plus soucieux des lois et de l’histoire des hommes et des juifs que de répondre aux questions fondamentales concernant la création de l’homme.  Dans la Genèse, Dieu crée l’univers et Adam et Ève en six jours et se « repose » de Son travail le septième jour.  Adam et Ève désobéissent à Dieu et sont punis.  Leur fils Caïn tue leur autre fils, Abel, puis s’en va vivre dans le pays de Nod.  Par la suite, Dieu se « repent » d’avoir créé l’homme!  Pourquoi les réponses ne sont-elles pas là, en termes clairs et indubitables?  Pourquoi le langage utilisé est-il presque toujours symbolique, obligeant le lecteur à deviner sa signification?  Par exemple, dans la Genèse 6:1-2, il est écrit :

« Quand les hommes commencèrent à se multiplier sur la terre et qu'ils eurent des filles, les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, et ils prirent pour femmes celles qu'ils choisirent parmi elles. »

Qui sont ces « fils de Dieu »?  Chaque secte juive et chacune des nombreuses sectes chrétiennes qui les ont suivies ont leur propre explication.  Quelle interprétation est la bonne?  La vérité est que les prophètes de jadis enseignaient le pourquoi de la création de l’homme, mais certains de leurs disciples, de complicité avec les diables, ont par la suite modifié les écritures.  Les réponses sont devenues vagues, et la majeure partie de la révélation a été camouflée à l’aide d’un langage symbolique.  Quand Dieu envoya Jésus aux juifs, celui-ci renversa les étals des marchands qui avaient établi des commerces à l’intérieur du temple et prêcha contre l’interprétation ritualiste de la loi telle que pratiquée par les rabbins juifs.  .  Il réaffirma la loi du prophète Moïse et la remit en vigueur.  Il enseigna le but de l’existence à ses disciples et, jusqu’à ses derniers moments dans ce monde, leur démontra comment le remplir en s’y conformant lui-même.  Cependant, après qu’il eût quitté ce monde, son message fut aussi déformé par certains qui prétendaient faire partie de ses disciples.  Et tout comme les messages des prophètes qui l’avaient précédé, la vérité limpide qu’il avait apportée devint nébuleuse.  Le symbolisme fut introduit, surtout dans les « révélations » de Jean, et l’Évangile qui avait été révélé à Jésus fut perdu à jamais.  Pour remplacer l’Évangile perdu de Jésus, quatre autres évangiles produits par des hommes furent choisis par Athanase, un évêque du quatrième siècle.  Et les vingt-trois livres écrits par Paul et par d’autres personnes, qui étaient inclus dans le Nouveau Testament, dépassaient même en nombre les quatre versions de l’Évangile.  En conséquence, les lecteurs du Nouveau Testament ne peuvent trouver de réponses précises à la question : « Pourquoi Dieu a-t-Il créé l’homme? ».  Et ils sont forcés de suivre aveuglément les dogmes fabriqués de toutes pièces par la secte à laquelle ils appartiennent ou qu’ils ont délibérément choisie.  Comme chaque secte interprète les évangiles selon sa croyance, celui qui cherche la vérité est encore une fois confronté à une interrogation, à savoir laquelle est la bonne.

L’incarnation de Dieu

L’idée selon laquelle Dieu s’est fait homme pour pouvoir mourir entre les mains des hommes et ainsi les laver de leurs péchés, qu’ils avaient hérités d’Adam et de ses descendants, est probablement le seul concept commun à la majorité des sectes chrétiennes, concept qu’elles utilisent pour expliquer le but de la création de l’homme.  Selon eux, ces péchés étaient devenus tellement grands qu’aucun acte d’expiation ou de repentir n’aurait pu les effacer.  Et comme ils croient que Dieu est si bon qu’un pécheur ne mérite pas de se présenter devant Lui, seul le sacrifice que Dieu a fait de Lui-même pouvait, selon eux, sauver les hommes de leurs péchés.

La croyance en ce mythe inventé de toutes pièces par les hommes est devenue, aux yeux de l’Église, la seule source de salut.  Ainsi, le but de la création, selon les chrétiens, est la reconnaissance de ce « sacrifice divin » et l’acceptation de Jésus-Christ comme Seigneur-Dieu.  Cela peut être déduit des paroles suivantes attribuées à Jésus dans l’Évangile de Jean :

« Oui, Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné son fils unique pour que tout homme qui croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle. » 

Pourtant, si tel est le but de la création et la condition préalable pour la vie éternelle, comment se fait-il que cela n’a pas été enseigné par tous les prophètes?  Pourquoi Dieu ne s’est-Il pas fait homme à l’époque d’Adam et de sa progéniture afin que toute l’humanité ait une chance égale de remplir ce but et d’accéder à la vie éternelle?  Ou serait-ce que l’existence de ceux qui ont vécu avant Jésus avait une autre raison d’être?  Sans compter que tous les gens que Dieu a destinés à ne jamais entendre parler de Jésus n’ont aucune chance de remplir cette prétendue mission.  Un tel but est manifestement trop limité pour combler le besoin de l’humanité.

 

 

Le but de la création (partie 3 de 3): La tradition hindoue

Évaluation:   
Taille des caractères:

Description: Une introduction à l’une des questions les plus déconcertantes de l’histoire de l’homme, et une discussion sur les sources auxquelles on peut se référer pour tenter d’y répondre.  Partie 3: regard sur les écritures hindoues, et conclusion.

  • par Dr. Bilal Philips
  • Publié le 31 Mar 2008
  • Dernière mise à jour le 31 Mar 2008
  • Imprimés: 648
  • Lus: 25713 (moyenne quotidienne: 6)
  • Évaluation: 5 de 5
  • Évalué par: 2
  • Envoyés: 6
  • Commentés: 0

Tout est Dieu

Les écritures hindoues enseignent qu’il y a plusieurs dieux, incarnations de dieux, personnes de Dieu, et que tout est Dieu.  Malgré la croyance selon laquelle le moi (atmane) de tous les êtres vivants est en fait Dieu (Brahmane), un système oppressif de castes s’est développé.  Dans ce système, les brahmanes, c’est-à-dire la caste sacerdotale, possèdent une suprématie spirituelle innée.  Ils sont les maîtres qui enseignent les Vedas et ils représentent un idéal de pureté rituelle et de prestige social.  À l’autre extrême, ont dénie un quelconque statut religieux à la caste des Soudras; ce sont des exclus dont le seul devoir, dans la vie, est de « servir humblement » les trois autres castes et leurs milliers de sous-castes.

Selon les philosophes monistes hindous, le but existentiel des êtres humains est la réalisation de leur divinité et – suivant un chemin (marga) menant à l’émancipation (moksha) à travers des renaissances successives – la réabsorption de l’âme humaine (atmane) dans la réalité ultime, Brahmane.  Pour ceux qui suivent le chemin du bhakti, le but est d’aimer Dieu, parce que Dieu a créé les hommes pour « jouir de sa relation avec eux – comme un père prend plaisir à être en compagnie de ses enfants » (Srimad Bhagwatam).  Pour l’Hindou moyen, le principal but de la vie d’ici-bas est de se conformer à des devoirs sociaux et à des rituels, et de respecter les règles de conduite traditionnelles propres à sa caste – la voie du karma.

Bien que la presque totalité de la religion issue des textes védiques (religion qui gravite autour de rituels de sacrifices par le feu) ait été éclipsée par les doctrines et pratiques hindoues que l’on trouve dans d’autres textes, l’autorité et le caractère sacré absolus du Veda demeurent l’élément central de toutes les sectes et traditions hindoues.  Le Veda est composé de quatre recueils dont le plus ancien est le Rigveda (« Sagesse des versets »).  Dans ces textes, Dieu est décrit en des termes on ne peut plus obscurs.  La religion que l’on retrouve dans le Rigveda est un polythéisme dont la principale préoccupation est d’apaiser les divinités associées au ciel et à l’atmosphère.  Les plus importantes de ces divinités sont Indra (dieu des cieux et de la pluie), Baruna (gardien de l’ordre cosmique), Agni (le feu du sacrifice) et Surya (le soleil).  Dans les textes védiques ultérieurs, l’intérêt pour les anciens dieux rigvédiques décroît et le polythéisme commence à être remplacé par un panthéisme sacrificiel tourné vers Prajapati (« le Dieu des créatures ») qui est tout, c’est-à-dire l’unité du monde.  Dans les Upanishads (enseignements secrets concernant les équations cosmiques), Prajapati se confond avec le concept de Brahmane, la réalité et la substance suprêmes de l’univers.  Ainsi, il n’y a plus de personnification et la mythologie est transformée en philosophie abstraite.  Si l’être humain en quête spirituelle n’avait que le contenu de ces écritures comme source d’information, il serait forcé de conclure que Dieu a décidé de ne rien révéler à l’humanité, que ce soit au sujet de Lui-même ou de la raison d’être de la création.

Dieu ne peut être l’auteur d’écrits qui portent à confusion et Il ne souhaite pas la difficulté pour les hommes.  C’est pour cette raison que lorsqu’Il a révélé, il y a 1400 ans, Son dernier message à l’humanité, Il s’est engagé à le préserver intégralement pour toutes les générations à venir.  Dans ce dernier livre, le Coran, Dieu a révélé le but de la création et, par l’intermédiaire de Son dernier prophète, Il a clarifié tous les détails qui étaient accessibles à la compréhension de l’homme.  C’est sur la base de cette révélation et des explications du dernier prophète (paix et bénédictions d’Allah soient sur lui) que seront analysées, dans les pages suivantes, les réponses précises à la question « Pourquoi Dieu a-t-Il créé l’homme? ».

Parties de cet article

Voir toutes les parties en même temps

Ajouter un commentaire

Les plus lus

DAILY
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
TOTAL
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)

Sélection de l´Editeur

Afficher les articles

Depuis votre dernière visite
La liste est présentement vide.
Classés par date
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)

Plus populaires

Les mieux évalués
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
Les plus souvent envoyés
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
Les plus souvent imprimés
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
Les plus commentés
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)

Vos favoris

Votre liste de favoris est vide.  Vous pouvez ajouter des articles à cette liste en utilisant la boîte à outils.

Votre historique

Votre liste d'historique est vide.

View Desktop Version