L'articolo / video che hai richiesto non esiste ancora.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

요청한 문서 / 비디오는 아직 존재하지 않습니다.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

המאמר / הסרטון שביקשת אינו קיים עדיין.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

L'articolo / video che hai richiesto non esiste ancora.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

요청한 문서 / 비디오는 아직 존재하지 않습니다.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

המאמר / הסרטון שביקשת אינו קיים עדיין.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

Apprendre à surmonter sa détresse, en islam (partie 2 de 5)

Évaluation:   
Taille des caractères:

Description: La souffrance est un moyen par lequel nous sommes purifiés.

  • par J. Hashmi (© 2011 IslamReligion.com)
  • Publié le 28 Nov 2011
  • Dernière mise à jour le 28 Nov 2011
  • Imprimés: 353
  • Lus: 40394 (moyenne quotidienne: 14)
  • Évaluation: 4.5 de 5
  • Évalué par: 4
  • Envoyés: 0
  • Commentés: 0

Une autre bonne chose qui découle de la souffrance est que l’âme est purifiée dans le processus.  Le prophète Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a dit :

 « Par Celui qui tient mon âme dans Sa main (i.e. Dieu), pas un croyant n’est atteint de fatigue, d’épuisement, d’inquiétude ou de chagrin que Dieu ne lui pardonne, pour cela, une partie de ses péchés – même s’il se pique le bout du doigt avec une épine. » (Mousnad Ahmad)

Certaines personnes rapportent une sensation de brûlure, dans l’estomac, lorsqu’elles ont du chagrin.  Sur le plan physique, cela n’est probablement qu’un reflux gastrique provoqué par le stress et l’anxiété; mais à un niveau plus symbolique, on peut faire un parallèle avec le cœur spirituel qui « brûle » des péchés comme une puissante fournaise.  Par conséquent, la personne qui souffre ainsi ne sera pas châtiée pour ces péchés, dans l’au-delà, car ils auront été effacés.

Le sceptique demandera peut-être pourquoi Dieu ne Se contente pas tout simplement de pardonner leurs péchés à Ses serviteurs plutôt que de leur infliger des souffrances sur cette terre ou même dans l’au-delà.  La réponse à cela est que Dieu pardonne bel et bien tous les péchés, à condition que Son serviteur se tourne vers Lui repentant, implorant Son pardon.  Celui qui implore le pardon de Dieu, Dieu lui pardonnera sans autre châtiment et lui effacera ses péchés comme s’ils n’avaient jamais existé.  Selon le prophète Mohammed, quiconque se tourne vers Dieu pour Lui demander pardon sera pardonné, « même si ses péchés sont aussi nombreux que les flocons d’écume sur l’océan et que les grains de sable sur terre, et même s’ils sont aussi lourds que les montagnes et aussi nombreux que les gouttes de pluie et que les feuilles sur les arbres. »

Dieu pardonne à ceux qui recherchent Son pardon, car Il aime ceux qui s’humilient devant Lui, ceux qui se repentent à Lui et ceux dont le cœur est chagriné de Lui avoir désobéi.  Le Coran dit :

 « Dieu aime ceux qui se tournent vers Lui. » (Coran 2:222)

 

Mais qu’en est-il de ceux qui commettent des péchés et qui n’implorent jamais le pardon de Dieu?  Et de ceux qui commettent sans cesse des péchés sans aucune intention de s’amender?  Dieu ne laisse pas passer tous les péchés, sinon les gens deviendraient négligents et corrompus.  Le châtiment envoyé à ces pécheurs l’est pour leur propre bien, tout comme le père punit son enfant pour son propre bien.  Par exemple, un enfant de six ans est pris à mentir et son père le punit afin qu’il ne fasse pas une habitude de ce comportement.  Le parent menace de punir son enfant pour le bien de celui-ci, même si l’enfant récalcitrant ne comprend pas toujours que ses parents agissent par amour pour lui.  Si l’enfant prend l’habitude de mentir, cela lui nuira toute sa vie durant – sans pour autant nuire à ses parents.  De même, si nous commettons des péchés, c’est à notre propre détriment et Dieu n’en est nullement affecté.  Les châtiments de ce monde sont donc des moyens et non des fins en soi; l’objectif du châtiment n’est pas de punir pour punir, mais plutôt de servir de moyen de dissuasion.

Si un père est trop indulgent envers son enfant et ne dit rien lorsqu’il le voit faire des bêtises, l’enfant ne réalisera jamais la gravité de ses gestes.  Il persistera alors à les refaire, encore et encore, jusqu’à ce qu’il finisse par se nuire à lui-même et, dans certains cas, par mettre sa propre sécurité en péril.  De même, si Dieu n’éprouvait pas les gens par toutes sortes de tests, il est probable qu’ils ne réaliseraient jamais leurs erreurs, jusqu’à ce qu’ils atteignent une véritable mort spirituelle.  Par exemple, le mari infidèle ne réaliserait jamais que son comportement risque de mener inévitablement à l’éclatement de sa famille, le joueur compulsif ne comprendrait jamais que son problème risque de le mener à la faillite et l’alcoolique ne réaliserait pas que son alcoolisme lui fera mener une vie de misère totale.  Alors Dieu envoie des châtiments non seulement pour expier les péchés des gens, mais aussi et surtout pour les réveiller et les mettre en garde contre leurs mauvais agissements.

Imaginez un jeune qui sait que ses parents ne feront absolument rien s’il est pris à consommer de la drogue.  Une telle négligence poussera le jeune à se faire du tort à lui-même sans aucune crainte d’une intervention de la part de ses parents.  C’est pourquoi un parent responsable imposera des limites afin que le jeune sache que s’il consomme de la drogue, il y aura des répercussions.  De même, l’existence de l’Enfer est une forme de miséricorde pour l’humanité, car sa menace dissuade bien des gens de commettre de mauvaises actions.  L’Enfer est un châtiment dont Dieu menace Ses serviteur, afin qu’ils Le craignent et Lui obéissent; ils deviennent ainsi plus spirituels, vertueux et droits.  Cela n’apporte aucun bienfait à Dieu personnellement, mais à ceux qui se soumettent à Lui.  Dieu n’a nul besoin d’eux; ce sont eux qui ont besoin de Dieu dans leur vie.

Mais Dieu donne à Ses serviteurs de nombreuses chances de se repentir et de nombreuses mises en garde avant de les condamner à l’Enfer.  Comme analogie, prenons le policier qui prend un automobiliste en excès de vitesse.  La première fois qu’il est pris, le policier lui sert un avertissement.  La deuxième fois, le policier lui impose une amende de 50$.  La troisième fois, il lui donne une amende salée de 300$.  La quatrième fois, l’automobiliste est arrêté et condamné à des travaux communautaires et la fois suivante, son permis est révoqué, etc.  Le policier n’arrête pas l’automobiliste fautif parce qu’il en tire un bénéfice personnel; c’est plutôt pour le bénéfice de l’automobiliste et du public en général.  Revenons à Dieu : il inflige d’abord de légers châtiments aux gens dans ce monde-ci, afin qu’ils réalisent les erreurs qu’ils ont commises.  Autrement dit, Il permet que de mauvaises choses arrivent à de bonnes personnes en guise de châtiment pour leurs péchés.  Ce châtiment leur sert de mise en garde, afin qu’ils s’amendent en cette vie et évitent le châtiment de l’Enfer dans l’au-delà.  Il ne fait aucun doute qu’un automobiliste préfère recevoir une amende de 50$ plutôt que de se retrouver en prison.  De même, le croyant préfère sûrement être châtié en cette vie plutôt que d’être jeté dans l’Enfer dans l’au-delà.

Ainsi, quand un croyant est frappé d’un malheur, il doit se consoler du fait que ses péchés lui sont ainsi pardonnés par Dieu.  Il doit savoir que Dieu compensera pour chacun de ses malheurs et chacune de ses afflictions et que Dieu est Très Juste.  Le prophète Mohammed nous a dit que Dieu rétribuera Ses serviteurs même pour les plus petits désagréments de la vie, comme la piqûre d’une épine sur le bout d’un doigt.  Le croyant qui traverse une période difficile ne devrait jamais se montrer ingrat envers Dieu, ni remettre en question Sa justice, car Dieu a promis de compenser chacun, pour ses malheurs, dans la vie de l’au-delà.  Telle est Sa promesse à l’humanité.  Le croyant qui est mécontent des épreuves qu’il subit devrait puiser son courage dans le fait qu’il fait partie des élus de Dieu, que Dieu l’aime suffisamment pour ne pas le châtier en Enfer et le purifier plutôt en cette vie.

Parties de cet article

Voir toutes les parties en même temps

Ajouter un commentaire

Autres articles dans la même catégorie

Les plus lus

DAILY
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
TOTAL
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)

Sélection de l´Editeur

Afficher les articles

Depuis votre dernière visite
La liste est présentement vide.
Classés par date
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)

Plus populaires

Les mieux évalués
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
Les plus souvent envoyés
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
Les plus souvent imprimés
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
Les plus commentés
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)

Vos favoris

Votre liste de favoris est vide.  Vous pouvez ajouter des articles à cette liste en utilisant la boîte à outils.

Votre historique

Votre liste d'historique est vide.

View Desktop Version