L'articolo / video che hai richiesto non esiste ancora.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

요청한 문서 / 비디오는 아직 존재하지 않습니다.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

המאמר / הסרטון שביקשת אינו קיים עדיין.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

L'articolo / video che hai richiesto non esiste ancora.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

요청한 문서 / 비디오는 아직 존재하지 않습니다.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

המאמר / הסרטון שביקשת אינו קיים עדיין.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

Le voyage nocturne et l’ascension (partie 4 de 6) : Le septième ciel

Évaluation:   
Taille des caractères:

Description: Le prophète Mohammed rencontre le prophète Abraham et voit, devant lui, le domaine où les anges, adorant leur Seigneur en rangs serrés, sont les plus nombreux.

  • par Aisha Stacey (© 2011 IslamReligion.com)
  • Publié le 01 Aug 2011
  • Dernière mise à jour le 01 Aug 2011
  • Imprimés: 1318
  • Lus: 232477 (moyenne quotidienne: 79)
  • Évaluation: 5 de 5
  • Évalué par: 3
  • Envoyés: 2
  • Commentés: 0

L’ange Gabriel et le prophète Mohammed poursuivirent leur miraculeuse ascension à travers les cieux.  Ce voyage dépassait de loin les rêves les plus fous de tout être humain.  Il avait débuté dans le désert d’Arabie et s’était étendu jusqu’aux confins de l’univers tel qu’on le connaît, et même au-delà.  Aux portes du septième ciel, ils eurent le même échange qu’aux cieux précédents et les anges exprimèrent leur plaisir de rencontrer le prophète Mohammed.  On les fit entrer et le prophète, accompagné de Gabriel, l’ange à qui Dieu avait confié Ses révélations, entra dans le dernier ciel.

« Le septième ciel » est une expression utilisée par les chrétiens pour faire référence à une joie profonde ou à une grande félicité.  En islam, le septième ciel est le lieu où le prophète Mohammed fit la rencontre du prophète Abraham.  On peut supposer qu’il fut, en effet, extrêmement heureux de cette rencontre, comme du voyage, d’ailleurs.  Comme avec les autres prophètes, ils échangèrent les salutations de paix et Abraham professa sa foi en la mission de Mohammed.

À travers son fils Ismaël, Abraham est le père des Arabes et l’ancêtre de Mohammed.  Et, à travers son fils Isaac, il est l’ancêtre de ceux qui devinrent les Enfants d’Israël (et qui suivirent le prophète Moïse).  Dans la tradition juive, Abraham est appelé le « père des juifs ».  Cependant, l’islam rejette cette idée, car le Coran affirme clairement qu’il n’était ni juif ni chrétien, mais un véritable musulman, un pur monothéiste :

 « Pourquoi discutez-vous au sujet d’Abraham alors que la Torah et l’Évangile ne furent révélées qu’après lui?  Ne raisonnez-vous donc pas? » (Coran 3:65)

« Abraham n’était ni juif ni chrétien; il était un véritable musulman et n’était point du nombre des polythéistes. » (Coran 3:67)

Les musulmans doivent croire en chacun des prophètes de Dieu.  Mais Abraham occupe une place particulière, car il fut l’un des grands messagers de Dieu et eut l’honneur de recevoir le titre unique, à la fois en islam et dans le christianisme[1], de serviteur bien-aimé de Dieu.  C’est avec son fils Ismaël qu’Abraham construisit la Ka’abah, cette construction cubique noire, sise au milieu de la mosquée sacrée de la Mecque.

 « Et quand Abraham et Ismaël érigeaient les assises de la Maison, (Abraham pria) : « Seigneur!  Accepte de nous (ce devoir que nous accomplissons).  Tu es certes Celui qui entend tout, et Tu es l’Omniscient. » (Coran 2:127)

Les musulmans se tournent vers la Ka’abah pour chaque prière quotidienne et dans chaque prière, ils demandent à Dieu de bénir Abraham et sa famille.

Le monde des anges

Alors qu’il se trouvait au septième ciel, on fit voir à Mohammed le bâtiment connu comme étant la « maison très fréquentée », ou al-bayt al-mamour, en arabe.  Il ne faut pas s’étonner que ce soit Abraham qui se trouvât près de cette maison, puisqu’elle est l’équivalent de la Ka’abah, sur terre.  Chaque année, au moment du pèlerinage (Hajj), plus de 2 millions de musulmans provenant des quatre coins du monde se rendent à la Mecque afin de suivre les pas du prophète Abraham et d’accomplir certains rituels, comme tourner autour de la Ka’abah.  Chaque jour, 70 000 anges visitent la maison céleste, au septième ciel, afin d’y adorer Dieu.  Le Prophète a rapporté qu’une fois que les anges l’ont visitée, ils n’y retournent jamais.  Dieu jure d’ailleurs par cette maison, dans le Coran :

 « Et par la Maison peuplée (bayt al-mamour)! » (Coran 52:4)

70 000 anges par jour!  Pensez-y un instant et demandez-vous depuis combien de temps il en est ainsi, combien de milliers, ou même de millions d’années?  Combien de ces êtres, créés par Dieu à partir de lumière, se trouvent dans les cieux?  C’est là une autre merveille que le prophète Mohammed eut l’honneur de voir pour pouvoir ensuite nous la décrire.  Il nous apprend par ailleurs que les cieux, au-dessus de nous, se lamentent et que chaque espace pas plus grand que la largeur de quatre doigts est occupé par un ange célébrant les louanges de Dieu.

La limite la plus élevée

Le prophète Mohammed traversa ensuite le septième ciel jusqu’à la limite la plus élevée appelée sidrat al-mountaha, qui est en fait un lotus.

 « ... près du lotus au-delà duquel nul n’a accès, près du Jardin du Séjour. » (Coran 53:14-15)

Il décrivit ses fruits ressemblant à des jujubes et ses feuilles telles des oreilles d’éléphant.  À partir des racines du lotus, quatre rivières s’étalent dans quatre directions différentes.  Lorsque Mohammed posa des questions au sujet de ces rivières, on lui dit que deux d’entre elles tiraient leur source du Paradis.  Toutefois, il ne nous a donné aucune information quant au nom ou à la signification de ces rivières.  On lui dit cependant que les deux autres rivières étaient des répliques du Nil et de l’Euphrate, deux cours d’eau bénis en ce bas-monde.

Sidrat al-mountaha est appelée la limite la plus élevée parce que tout ce qui monte de la terre ou des cieux inférieurs s’arrête là et que tout ce qui descend s’y arrête également,[2] et aussi parce que le savoir des anges ne va pas au-delà de cette limite.  Nul n’a traversé cette limite à part le prophète Mohammed.[3]  Au-delà de ce point, on quitte les cieux et on entre dans la dimension de l’au-delà, où se trouvent le Paradis et le Trône de Dieu.  Alors qu’il poursuit son incroyable voyage, le prophète Mohammed entre dans cette dimension et se trouve ainsi en présence de Dieu.



Footnotes:

[1] Isaïe 41:8 & 2.

[2] Sahih Mouslim

[3] Imam An-Nawawi

Parties de cet article

Voir toutes les parties en même temps

Ajouter un commentaire

Autres articles dans la même catégorie

Les plus lus

DAILY
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
TOTAL
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)

Sélection de l´Editeur

Afficher les articles

Depuis votre dernière visite
La liste est présentement vide.
Classés par date
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)

Plus populaires

Les mieux évalués
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
Les plus souvent envoyés
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
Les plus souvent imprimés
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
Les plus commentés
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)

Vos favoris

Votre liste de favoris est vide.  Vous pouvez ajouter des articles à cette liste en utilisant la boîte à outils.

Votre historique

Votre liste d'historique est vide.

View Desktop Version