L'articolo / video che hai richiesto non esiste ancora.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

요청한 문서 / 비디오는 아직 존재하지 않습니다.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

המאמר / הסרטון שביקשת אינו קיים עדיין.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

L'articolo / video che hai richiesto non esiste ancora.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

요청한 문서 / 비디오는 아직 존재하지 않습니다.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

המאמר / הסרטון שביקשת אינו קיים עדיין.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

Les miracles de Mohammed (partie 3 de 3)

Évaluation:   
Taille des caractères:

Description: Divers miracles accomplis par le Prophète Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui).

  • par IslamReligion.com
  • Publié le 31 Mar 2008
  • Dernière mise à jour le 31 Mar 2008
  • Imprimés: 1378
  • Lus: 42448 (moyenne quotidienne: 10)
  • Évaluation: 4.5 de 5
  • Évalué par: 12
  • Envoyés: 11
  • Commentés: 0

Le Prophète a accompli plusieurs autres miracles qui sont mentionnés dans la sounnah (recueil de ce que Mohammed a dit, fait ou approuvé, de même que de descriptions qui ont été faites de lui).

Le tronc d’arbre

À Médine, Mohammed avait pour habitude, lorsqu’il prononçait ses sermons, de s’appuyer sur une souche d’arbre.  Lorsque les musulmans devinrent de plus en plus nombreux à venir écouter ses sermons, quelqu’un suggéra qu’on aménage une chaire pour qu’il puisse se faire mieux entendre des gens.  Lorsqu’elle fut construite, il abandonna la souche d’arbre.  Un de ses compagnons, Abdoullah ibn ‘Omar, a témoigné de ce qu’il a vu de ses propres yeux.  Il raconte que tout à coup, les gens ont entendu la souche d’arbre pleurer.  Le Prophète s’est alors dirigé vers elle et l’a consolée en passant sa main dessus.[1]

Cet événement est également confirmé par ce qu’ont rapporté de très nombreux témoins, témoignages qui nous ont été transmis par une chaîne de narration ininterrompue dont ont fait partie les personnes les plus fiables qui soient (hadith moutawatir).[2]

L’eau jaillissant d’entre les doigts du Prophète

À plusieurs occasions, lorsque les gens avaient cruellement besoin d’eau, Mohammed vint à leur secours.  Six ans après son émigration de la Mecque à Médine, il se rendit à la Mecque pour y accomplir le pèlerinage.  Durant le long trajet à travers le désert, les gens se retrouvèrent sans eau et seul le Prophète avait encore en sa possession, dans un petit récipient, un peu d’eau avec laquelle il faisait ses ablutions.  Il mit alors sa main dans le récipient et de l’eau se mit à jaillir d’entre ses doigts.  Jabir ibn Abdoullah, qui fut témoin du miracle, rapporta que les mille cinq cents hommes présents eurent suffisamment d’eau pour boire et faire leurs ablutions.[3]  Ce miracle a été transmis par une chaîne de narration ininterrompue formée des personnes les plus fiables qui soient (hadith moutawatir).[4]

Ce miracle n’est pas sans rappeler celui de Moïse, lorsque ce dernier fit jaillir de l’eau d’une grosse pierre en la frappant de son bâton.

Abondance de nourriture

À plusieurs reprises, le Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a béni la nourriture soit en faisant une invocation au-dessus ou en la touchant, de sorte que toutes les personnes présentes ont pu manger à leur faim.  Cela s’est produit durant des périodes où il y avait pénurie d’eau et de nourriture chez les musulmans.[5]  Ces miracles ont eu lieu devant de nombreuses personnes et il serait donc déraisonnable de les nier.

Guérison des malades

Abdoullah ibn Atik se cassa une jambe et Mohammed la lui guérit en passant sa main dessus.  Abdoullah raconta par la suite que c’était comme si rien ne lui était arrivé.  La personne témoin du miracle était un autre compagnon, Bara’ ibn Azib. (Sahih Boukhari)

Durant l’expédition de Khaybar, Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) guérit ‘Ali ibn Abi Talib, qui souffrait de douleurs aux yeux et ce, devant toute l’armée présente.  Des années plus tard, ‘Ali devint le quatrième calife musulman.[6]

 Exorcisme

Mohammed a également exorcisé un démon qui avait pris possession d’un jeune garçon.  Sa mère l’avait amené voir le Prophète, et ce dernier dit : « Sors de là!  Je suis Mohammed, le Messager de Dieu! ».  La mère lui dit plus tard : « Par Celui qui t’a envoyé avec la vérité, nous n’avons plus rien remarqué d’anormal chez lui par la suite. »[7]

 Prières exaucées

(1)  La mère d’Abou Hourayra, un des proches compagnons de Mohammed, avait pour habitude de toujours parler en mal de l’islam et de son prophète. Un jour, Abou Hourayra vint voir Mohammed en pleurant et lui demanda de prier pour le salut de sa mère.  Mohammed pria pour elle, et lorsqu’Abou Hourayra revint chez lui, il trouva sa mère prête à embrasser l’islam.  Elle prononça l’attestation de foi devant son fils et devint musulmane.[8]

(2)  Jarir ibn Abdoullah fut chargé, par le Prophète, de débarrasser le pays d’une idole que les gens adoraient en dehors de Dieu, mais il s’excusa car, lui dit-il, il ne savait pas monter à cheval.  Le Prophète pria pour lui « Ô Dieu, fait de lui un bon cavalier et fais de lui à la fois un guide et une personne bien guidée. »  Jarir jura que par la suite, il ne tomba plus jamais de cheval.[9]

(3)  Il y eut une période où les musulmans connurent la famine.  Un jour, alors que le Prophète prononçait son sermon du vendredi, un homme se leva et dit : « Ô Messager de Dieu!  Nos richesses ont été détruites et nos enfants meurent de faim.  Prie Dieu pour qu’Il nous aide! ».  Mohammed leva alors ses mains en prière.

Ceux qui étaient dans l’assistance assurent qu’à la seconde où il laissa retomber ses mains, des nuages gros comme des montagnes commencèrent à se former dans le ciel.

Avant même qu’il n’ait eut le temps de descendre de sa chaire, sa barbe ruisselait de pluie.

Et il plut durant toute la semaine, jusqu’au vendredi suivant!

Ce jour-là, le même homme se leva, mais cette fois pour se plaindre : « Ô Messager de Dieu!  Nos maisons sont détruites et nos terres sont inondées.  Prie Dieu afin qu’Il nous aide! »

Mohammed leva ses mains en prière.  « Ô mon Dieu, fait qu’il pleuve dans les environs, mais pas directement sur nous. »

Ceux qui étaient dans l’assistance assurent qu’à la seconde même, les nuages se retirèrent dans la direction qu’avait pointée le Prophète, la ville de Médine se retrouva entourée de nuages, mais aucun ne la surplombait.[10]

(4)  Voici l’histoire de Jabir.  Il atteste qu’une fois, le chameau qu’il montait était exténué, car c’était celui qui était utilisé pour transporter l’eau.  La pauvre bête pouvait à peine avancer.  Mohammed lui demanda : « Que lui arrive-t-il donc, à ton chameau? »  En comprenant à quel point la pauvre bête était exténuée, Mohammed pria pour elle.  Jabir raconte qu’à partir de ce moment, le chameau fut toujours en tête de tous les autres.  Mohammed demanda plus tard à Jabir : « Alors, comment trouves-tu ton chameau? »  Jabir répondit : « Il va bien; ta bénédiction l’a touché! ».  Mohammed lui acheta son chameau pour une pièce d’or, à la condition que Jabir continue de le monter jusqu’au retour en ville.  Jabir raconte qu’une fois à Médine, il amena le chameau à Mohammed, le lendemain matin.  Mohammed lui donna une pièce d’or, et lui dit qu’il pouvait garder son chameau.[11]

Il n’est donc guère étonnant que tous ceux qui ont été témoins de ces grands miracles aient eu la certitude que Mohammed était un véridique.



Footnotes:

[1] Sahih Al-Boukhari.

[2] Plus de dix compagnons du Prophète ont rapporté avoir entendu la souche d’arbre pleurer.   Voir: ‘Azhar al-Mutanathira fi al-Ahadith al-Mutawatira’ par al-Suyuti p. 267, ‘Nadhm al-Mutanathira min al-Hadith al-Mutawatir,’ par al-Kattani p. 209 et ‘Shamail’ d’Ibn Kathir p. 239.

[3] Sahih Al-Boukhari.

[4] Plus de dix compagnons du Prophète ont rapporté avoir vu l’eau jaillir de ses doigts.  Voir ‘Nadhm al-Mutanathira min al-Hadith al-Mutawatir,’ par al-Kattani p. 212, ‘al-Shifa’ par Qadhi Iyyad, vol 1, p. 405, et ‘al-’Ilaam’ par al-Qurtubi, p. 352.

[5] Sahih Al-Boukhari.  Voir ‘Nadhm al-Mutanathira min al-Hadith al-Mutawatir,’ par al-Kattani p. 213 and ‘al-Shifa’ par Qadhi Iyyad, vol 1, p. 419.

[6] Sahih Al-Boukhari, Sahih Mouslim

[7] Mousnad of Imam Ahmad, et Sharh’ al-Sunnah

[8] Sahih Mouslim

[9] Sahih Mouslim

[10] Sahih Al-Boukhari, Sahih Mouslim

[11] Sahih Al-Boukhari, Sahih Mouslim

Parties de cet article

Voir toutes les parties en même temps

Ajouter un commentaire

Autres articles dans la même catégorie

Les plus lus

DAILY
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
TOTAL
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)

Sélection de l´Editeur

Afficher les articles

Depuis votre dernière visite
La liste est présentement vide.
Classés par date
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)

Plus populaires

Les mieux évalués
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
Les plus souvent envoyés
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
Les plus souvent imprimés
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
Les plus commentés
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)

Vos favoris

Votre liste de favoris est vide.  Vous pouvez ajouter des articles à cette liste en utilisant la boîte à outils.

Votre historique

Votre liste d'historique est vide.

View Desktop Version