El artículo / video que has solicitado no existe todavía.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

Статьи / видео вы запросили еще не существует.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

您所请求的文章/视频尚不存在。

The article/video you have requested doesn't exist yet.

あなたが要求した記事/ビデオはまだ存在していません。

The article/video you have requested doesn't exist yet.

L'articolo / video che hai richiesto non esiste ancora.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

요청한 문서 / 비디오는 아직 존재하지 않습니다.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

המאמר / הסרטון שביקשת אינו קיים עדיין.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

El artículo / video que has solicitado no existe todavía.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

Статьи / видео вы запросили еще не существует.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

您所请求的文章/视频尚不存在。

The article/video you have requested doesn't exist yet.

L'articolo / video che hai richiesto non esiste ancora.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

요청한 문서 / 비디오는 아직 존재하지 않습니다.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

המאמר / הסרטון שביקשת אינו קיים עדיין.

The article/video you have requested doesn't exist yet.

La vie d’ici-bas versus la meilleure demeure (une explication du Coran 3:14-18) (partie 1 de 2)

Évaluation:
Taille des caractères:

Description: Présentation de cinq versets coraniques sublimes et discussion plus approfondie sur le verset 3:14.

  • par Aisha Stacey (© 2016 IslamReligion.com)
  • Publié le 19 Dec 2016
  • Dernière mise à jour le 25 Dec 2016
  • Imprimés: 10
  • Lus: 5817 (moyenne quotidienne: 4)
  • Évaluation: pas encore évalué
  • Évalué par: 0
  • Envoyés: 0
  • Commentés: 1

TheWordlyLifeVsBestReturn1.jpgLe Coran est le livre qui, selon les musulmans, contient la parole littérale de Dieu et qui constitue le cadeau de Dieu à l’humanité.  C’est un livre qui ne ressemble à aucun autre livre; ce n’est pas un livre d’histoire ni un manuel scientifique, mais il contient plusieurs genres.  Le Coran et sa capacité à s’adresser directement au cœur de l’être humain est un phénomène remarquable.  Il semble comprendre les pensées les plus intimes de l’homme et répondre aux questions que chacun se pose.  Dans le second verset de la seconde sourate du Coran, Dieu décrit Son livre en disant qu’il s’agit du Livre au sujet duquel il n’y a aucun doute, un guide pour les pieux qui craignent Dieu (Coran 2:2).  Peu importe vos interrogations, le Coran sait y répondre.  Il semble dire « Venez avec moi sur le chemin de la découverte ».  Il invite le lecteur à découvrir le cœur de l’homme et à voir le monde à travers les yeux de Dieu.

Dans cet article, nous nous pencherons sur cinq versets de la troisième sourate du Coran.  Cette sourate s’intitule « La famille d’Imran » (Aal Imran).  Le Coran nous apprend qu’Imran était le père de Marie, mère de Jésus (que la paix soit sur eux tous).  Cette famille incluait également le prophète Zachariah et l’homme que les chrétiens connaissent sous le nom de Jean-le-Baptiste (Yahya, dans le Coran).  Cette sourate s’adresse plus particulièrement aux chrétiens et les exhorte à n’adorer qu’un seul Dieu.  Elle contient également des passages décrivant bien la nature humaine.  Et qui est mieux placé pour décrire notre nature complexe que le Créateur Lui-même?

Les versets suivants décrivent d’abord notre désir d’être entourés de belles choses et notre tendance à amasser des biens et à nous attacher à eux.  Puis, ils nous rappellent que la vie éternelle, au Paradis, vaut infiniment plus que le monde d’ici-bas et tout ce qu’il contient et nous démontrent de quelle façon nous pouvons atteindre le but ultime de la meilleure demeure de l’au-delà.

On a enjolivé aux gens l’amour des plaisirs (que procurent) les femmes et la progéniture, les monceaux d’or et d’argent accumulés, les chevaux marqués, le bétail et les champs bien labourés.  Tout cela est jouissance de la vie d’ici-bas.  Et Dieu est Celui auprès de qui se trouve la meilleure demeure.

Dis : « Puis-je vous informer d’une chose meilleure que tout cela? Pour les pieux, il y aura, auprès de leur Seigneur, des jardins sous lesquels coulent des rivières, où ils demeureront éternellement, ainsi que des compagnes pures et la satisfaction de Dieu.  Dieu voit parfaitement ce que font Ses serviteurs, ceux qui disent : « Seigneur!  Certes, nous croyons.  Alors pardonne-nous nos péchés et protège-nous contre le châtiment du Feu », et ceux qui sont patients, véridiques, obéissants, ceux qui dépensent (pour faire le bien) et ceux qui implorent le pardon (de Dieu) avant le lever du jour.

Dieu (Lui-même) atteste que nul ne doit être adoré en dehors de Lui.  Les anges, ainsi que les hommes doués de savoir, attestent de même.  Il maintient la justice au sein de Sa création ; nul ne doit être adoré à part Lui seul, le Puissant, le Sage. (Coran 3:14-18)

La première phrase nous dit que Dieu a dispersé plusieurs belles choses, sur terre, et qu’Il a délibérément enjolivé les choses que nous désirons.  Cette vie a la possibilité de devenir une grande source de plaisirs pour certains.  Plusieurs hadiths du prophète Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) attestent de ce fait.

La vie est une source de plaisirs et le plus grand plaisir est une femme vertueuse.[1]

En vérité, le monde est vert et luxuriant et Allah y a établi des générations successives afin de voir comment vous vous comporterez.  Alors prenez garde [aux tentations] de ce monde.[2]

Les femmes et les parfums ont été rendus chers à mon cœur, mais la prière est encore plus chère à mes yeux.[3]

Nul n’entrera au Paradis s’il a le poids d’un atome d’arrogance dans son cœur.  Un homme demanda : « Qu’en est-il si un homme aime porter de beaux vêtements et de belles chaussures? »  Le Prophète répondit : « Allah est beau et aime la beauté.  L’arrogance équivaut à nier la vérité et à regarder les gens de haut. »[4]

3:14 – « On a enjolivé aux gens l’amour des plaisirs (que procurent) les femmes et la progéniture, les monceaux d’or et d’argent accumulés, les chevaux marqués, le bétail et les champs bien labourés.  Tout cela est jouissance de la vie d’ici-bas.  Et Dieu est Celui auprès de qui se trouve la meilleure demeure. »

Ici, Dieu nous rappelle qu’il est parfaitement naturel de désirer les bonnes choses qu’Il a créées pour nous.  C’est non seulement naturel, mais tout à fait acceptable de ressentir de la joie lorsque l’on s’adonne aux plaisirs licites de cette vie, tout en gardant à l’esprit que ces petits bonheurs sont de nature éphémère.  La vie sur terre peut être parsemée de belles choses, nous pouvons vivre dans un bel environnement, nous pouvons apprécier la nature qui nous entoure et trouver du bonheur dans les plaisirs quotidiens.  Mais Dieu nous demande de garder à l’esprit que nous ne sommes que de passage dans cette vie et que la meilleure demeure est le Paradis éternel.

      Cela est mis en évidence dans le Coran 57:20 : « Sachez que la vie d’ici-bas n’est que jeu, amusement, vaines parures, une course à l’ostentation entre vous, et une rivalité en biens et progéniture.  Elle est à l’image d’une pluie féconde ayant fait surgir de terre une végétation qui, à pleine maturité, réjouit le cœur des cultivateurs mais qui, par la suite, se dessèche et jaunit, pour n’être réduite, à la fin, qu’à des débris s’effritant (au vent). »

Nous désirons nous marier et fonder une famille, mais nous devons garder à l’esprit que l’amour que nous portons à notre famille et le désir de lui plaire peuvent parfois nous amener à commettre des péchés.  La quête de richesses est normale et peut même être admirable si ces richesses servent à être bon envers sa famille, ses amis, ses voisins et les personnes dans le besoin.  Mais si ces richesses nous rendent arrogants et autoritaires envers ceux qui possèdent moins que nous, cette quête n’est plus admirable et devient une source de péchés.  Il est intéressant de noter que Dieu ne dit pas que l’être humain désire seulement de l’argent et de l’or, mais bien des monceaux d’or et d’argent, indiquant notre propension à toujours vouloir accumuler plus.  Ce désir est profondément ancré en nous et nous devons apprendre à le contrôler plutôt que de le laisser nous contrôler.

      Ne laissez pas votre amour des belles choses vous éloigner de Dieu.  Certes, elles ont été créées pour que nous en profitions, mais elles ne doivent pas prendre le dessus et nous amener à désobéir à Dieu.  Le Prophète nous a rappelé cette réalité lorsqu’il a comparé la vie d’ici-bas au Paradis.  Il a dit : « Une place au Paradis de la taille de l’espace se trouvant entre la boucle et le cordon est meilleure que toute la terre sur laquelle le soleil se lève et se couche. »[5]

Nous poursuivrons notre discussion sur le verset 3:15 dans la deuxième partie.



Note de bas de page:

[1] Sahih Mouslim

[2] Sahih Mouslim

[3] Imam Ahmad

[4] Sahih Mouslim

[5] Sahih Al-Boukhari

 

 

La vie d’ici-bas versus la meilleure demeure (une explication du Coran 3:14-18) (partie 2 de 2)

Évaluation:   
Taille des caractères:

Description: Discussion sur les versets 15-18, qui inclut une description des qualités chez ceux qui atteignent le salut.

  • par Aisha Stacey (© 2016 IslamReligion.com)
  • Publié le 26 Dec 2016
  • Dernière mise à jour le 26 Dec 2016
  • Imprimés: 10
  • Lus: 4960 (moyenne quotidienne: 4)
  • Évaluation: 1 de 5
  • Évalué par: 6
  • Envoyés: 0
  • Commentés: 0

TheWordlyLifeVsBestReturn2.jpgDans le verset 15, Dieu compare la valeur de cette vie à celle de l’au-delà.  Cette vie contient, certes, de belles choses, mais ce qui attend, dans l’au-delà, ceux qui auront été pieux et qui se seront rappelés de Dieu en tout temps dépasse l’imagination.

3:15 « Puis-je vous informer d’une chose meilleure que tout cela? Pour les pieux, il y aura, auprès de leur Seigneur, des jardins sous lesquels coulent des rivières, où ils demeureront éternellement, ainsi que des compagnes pures et la satisfaction de Dieu.  Dieu voit parfaitement ce que font Ses serviteurs. »

Pour ceux qui obéissent à Dieu et qui L’invoquent régulièrement, la récompense ultime sera des jardins éternels sous lesquels coulent des ruisseaux.  Là, il y aura également des rivières de lait et de miel, de même que des rivières d’eau pure et délicieuse.  Et tout cela durera éternellement.  Le prophète Mohammed a dit, à ce sujet : « Là, une voix dira aux habitants du Paradis : « Il y aura pour vous la santé éternelle et vous ne serez plus jamais malades.  Il y aura pour vous la vie éternelle et vous ne mourrez plus jamais.  Il y aura pour vous la jeunesse éternelle et vous ne vieillirez plus jamais.  Et il y aura la félicité éternelle et vous ne ressentirez plus jamais de besoins. »[1]

 

Bien que Dieu nous ait fourni une superbe terre, notre monde est loin d’être parfait.  Le soleil nous réchauffe, mais il peut aussi nous brûler; les insectes peuvent facilement ruiner toute sortie dans les bois, en plus de transmettre certaines maladies; des désastres naturels transforment d’époustouflants paysages en ruines et, bien entendu, les hommes sont eux-mêmes responsables de la plus grande partie de la destruction de notre planète.  Rien de cela n’arrivera au Paradis.  Notre sérénité sera éternelle et ce qui est beau restera beau.  Nos époux(ses) seront pieux(ses), nous ne mourrons plus jamais et certains aspects de notre vie humaine, comme les menstruations ou le besoin d’aller aux toilettes, seront totalement absents.

Mais qui sont ceux qui mériteront cette vie éternelle?  Dieu répond à cette question :

3:16 « … ceux qui disent : « Seigneur!  Certes, nous croyons.  Alors pardonne-nous nos péchés et protège-nous contre le châtiment du Feu »

Ceux qui auront cru en un seul Dieu et qui se seront soumis à Lui sont ceux qui mériteront cette vie éternelle de félicité.  Parce que durant leur séjour sur terre ils désiraient ardemment cette vie éternelle, ils se sont efforcés de plaire à Dieu en toutes circonstances.  Le verset 17 décrit plus précisément qui sont ceux qui seront sauvés du feu de l’Enfer.

3:17 « …ceux qui sont patients, véridiques, obéissants, ceux qui dépensent (pour faire le bien) et ceux qui implorent le pardon (de Dieu) avant le lever du jour. »

Tels sont les croyants qui se montrent patients.  Ibn Qayyim explique [2] qu’avoir de la patience signifie ne pas désespérer, éviter de se plaindre et savoir se contrôler lors de périodes de chagrin ou de stress.  Le gendre du Prophète, Ali ibn Abi Talib, a défini la patience comme le fait de « chercher secours auprès de Dieu ».[3] 

Les autres caractéristiques incluent le fait d’être loyaux et obéissants, de respecter les lois et les commandements de Dieu avec sincérité et au meilleur de leur capacité.  Ils se souviennent constamment de Dieu et sont reconnaissants.  « Souvenez-vous donc de Moi, et Je me souviendrai de vous.  Remerciez-Moi et ne soyez pas ingrats envers Moi. » (Coran 2:152)  Ils partagent leurs richesses avec les membres de leur famille, leurs voisins et les étrangers.  Ils sont bons, aident les indigents et réconfortent ceux qui sont dans le besoin.  Et parmi ceux qui méritent la vie éternelle se trouvent ceux qui prient dans la dernière partie de la nuit.

Le prophète Mohammed a expliqué aux fidèles les bienfaits de la prière durant la dernière partie de la nuit.  Il a dit : « Notre Seigneur descend chaque nuit au ciel le plus bas, au moment où la nuit est à son dernier tiers, et dit : « Qui M’invoque, que Je lui réponde?  Qui Me demande une chose, que Je la lui accorde?  Qui implore Mon pardon, que Je lui pardonne? »[4]

Si vous lisez cette sourate du Coran à partir du début, vous remarquerez que Dieu nous rappelle d’abord qu’il n’y a pas d’autre divinité à part Lui.  Il dit : « Dieu!  Nul ne doit être adoré en dehors de Lui, le Vivant, l’Éternel qui subsiste par Lui-même. » (Coran 3:2).  Puis, quelques versets plus loin, Il nous rappelle :

3:18 « Dieu (Lui-même) atteste que nul ne doit être adoré en dehors de Lui.  Les anges, ainsi que les hommes doués de savoir, attestent de même.  Il maintient la justice au sein de Sa création ; nul ne doit être adoré à part Lui seul, le Puissant, le Sage. »

Nul ne mérite d’être adoré à part Lui.  Nul ne doit être obéi à part Lui.  Dieu Lui-même atteste du fait qu’il n’y a pas d’autre divinité à part Lui.  Tout comme il n’y a rien de plus grand que Dieu, il n’y a rien de plus vrai que cette déclaration.  C’est là l’essence de l’islam.  Avant l’islam, dans les premiers jours de l’islam et jusqu’à maintenant, au 21e siècle, beaucoup de gens croyant en Dieu Lui attribuent des associés et adorent d’autres personnes ou choses parallèlement à Lui.

« Et nul ne peut L’égaler. » (Coran 112:4)

« Attribuent-ils à Dieu des associés qui n’ont (jamais) rien créé et qui sont eux-mêmes créés, qui ne peuvent (en rien) les secourir ni se secourir eux-mêmes? » (Coran 7:191-192)

« Il est le Premier et le Dernier, l’Apparent et l’Immanent, et Il est Omniscient. » (Coran 57:3)

Il est important de connaître et de comprendre ce point.  Les anges aussi attestent de cette vérité, de même que les gens doués de savoir.  Dans ce verset, Dieu mentionne les gens doués de savoir en même temps que Lui-même et les anges.  Cela nous apprend que le fait de chercher à augmenter son savoir et enseigner la vérité est important.

Dieu nous rappelle qu’Il administre Sa création avec justice.  « Nous avons effectivement envoyé Nos messagers avec des preuves évidentes, et Nous avons révélé, par leur intermédiaire, l’Écriture et la Balance, afin que les gens établissent la justice. » (Coran 57:25)  Dieu est juste et équitable et le terme arabe utilisé dans le verset 18 est qist, qui est habituellement traduit par justice, mais qui inclut les sens d’équité et d’équilibre.  Vous demandez-vous pourquoi nous sommes juste à la bonne distance du soleil?  Plus près, nous brûlerions et plus loin, nous gèlerions.  Dieu administre Sa création avec justice et équilibre.  Imaginez la précision nécessaire au fonctionnement de l’univers.  Tous les systèmes complexes fonctionnent à la perfection.  Dieu conclut en répétant la phrase : « Nul n’a le droit d’être adoré à part Lui, le Tout-Puissant, le Sage. »



Note de bas de page:

[1] Sahih Mouslim

[2] Ibn Qayyim al Jawziyyah, 1997, Patience and gratitude, English translation, United Kingdom, Ta Ha Publishers.

[3] Ibid.  P12

[4] Sahih Mouslim , Sahih Al-Boukhari

Parties de cet article

Voir toutes les parties en même temps

Ajouter un commentaire

Les plus lus

du quotidien
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
Total
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)

Sélection de l´Editeur

Afficher les articles

Depuis votre dernière visite
La liste est présentement vide.
Classés par date
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)

Plus populaires

Les mieux évalués
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
Les plus souvent envoyés
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
Les plus souvent imprimés
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
Les plus commentés
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)
(En savoir plus...)

Vos favoris

Votre liste de favoris est vide.  Vous pouvez ajouter des articles à cette liste en utilisant la boîte à outils.

Votre historique

Votre liste d'historique est vide.

View Desktop Version